“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le nouvel espace du Musée océanographique sera "un outil politique et pédagogique"

Mis à jour le 16/04/2018 à 08:52 Publié le 16/04/2018 à 08:40
A droite, Robert Calcagno, directeur du Musée Océanographique, et à gauche, Patrick Piguet, directeur du patrimoine.

A droite, Robert Calcagno, directeur du Musée Océanographique, et à gauche, Patrick Piguet, directeur du patrimoine. Photo Jean-François Ottonello

Le nouvel espace du Musée océanographique sera "un outil politique et pédagogique"

Quelle année pour le Musée océanographique! Le nouvel espace a nécessité des travaux inédits depuis l’expo temporaire La Planète Bleue initiée par Cousteau, une BD sur le prince Albert-1er sortira ces prochains jours et le début des travaux du futur centre de soins tortues approche à grands pas. Le directeur du Musée océanographique, Robert Calcagno, répond à trois questions.

Ce nouvel espace va plonger le Musée dans la modernité…
Ce dont nous sommes le plus content, c’est que depuis le centenaire du Musée, on l’a redynamisé en faisant des expositions temporaires et en accueillant des artistes, mais c’est la première fois qu’on a une exposition dont le thème est notre mission même. C’est le cœur de notre action. Protéger les océans en parlant des explorations qui, dès le prince Albert-Ier, ont servi à montrer, protéger et sensibiliser.

Ce sera aussi un formidable outil pédagogique…
Un outil pédagogique et un outil politique. Nos 600000 visiteurs lambda verront la pédagogie mais le Musée accueille, quasiment chaque jour, des visiteurs spécifiques. Des scientifiques, des politiques, des chefs d’État. Le prince pourrait même utiliser cette exposition pour montrer son action et celle de la Fondation Prince Albert II.

Quel bilan tirez-vous de l’espace précédent?
Très positif. Ça a été un peu difficile pour nous de démonter quelque chose qu’on aimait bien, mais il semblait important qu’on continue de parler d’Albert-1er tout en évoquant Rainier-III et l’actualité. En espérant que le prince Jacques, qu’on voit souvent devant les aquariums avec la princesse Gabriella, reprenne le flambeau.

 

LIRE. On vous dévoile le futur espace du Musée océanographique

à partir de 1 €


La suite du direct