Rubriques




Se connecter à

Le Gault et Millau reprend ses tournées régionales et récompense Eric Pras

Après une année indigeste, Covid-19 oblige, le guide gastronomique Gault et Millau a repris lundi ses tournées régionales avec une première étape en Bourgogne-Franche-Comté où il a récompensé Eric Pras, de La Maison Lameloise, à Chagny (Saône-et-Loire).

Romain Maksymowycz Publié le 14/06/2021 à 14:00, mis à jour le 14/06/2021 à 14:04
Après une année indigeste, Covid-19 oblige, le guide gastronomique Gault et Millau a repris lundi ses tournées régionales avec une première étape en Bourgogne-Franche-Comté où il a récompensé Eric Pras, de La Maison Lameloise, à Chagny (Saône-et-Loire). Photo AFP

"C'est une nouvelle relance", explique le directeur général du guide, Zakari Benkhadra. "Nous sommes enfin de retour après sept mois de confinement", s'est-il félicité lors de la première étape d'un nouveau "Gault et Millau Tour", plus étoffé.

"Nous avons cette année six étapes régionales, comme auparavant. Nous en aurons douze en 2022", a expliqué le directeur à Charolles (Saône-et-Loire), capitale bucolique de la célèbre vache charolaise. Suivront tout au long de l'été des étapes à Marseille, Annecy, Monaco...

"Nous voulons sortir du côté parisiano-parisien, promouvoir les territoires, les talents, et venir au plus proche des acteurs, avec un vrai ancrage dans les régions", a ajouté Zakari Benkhadra.

 

Cette tournée régionale s'ajoute à la traditionnelle présentation nationale du guide, qui a lieu en décembre à Paris. Mais même elle "pourra avoir lieu en région" désormais, selon le directeur.

Parmi les douze trophées décernés, le guide jaune a accordé le "Gault et Millau d'or" à Eric Pras, de La Maison Lameloise à Chagny (Saône-et-Loire).

"Après sept mois de fermeture, c'est un grand bol d'air", a commenté le chef de 49 ans qui a fait ses armes chez les plus grands (Jean et Pierre Troigros, Bernard Loiseau, Pierre Gagnaire...).

Réputé pour ses "langoustines au jus de pomme verte, crème à la moutarde et caviar", le chef reste "prudent" quant à l'avenir. "Le Covid n'est pas parti. Il ne faut pas se dire que c'est fini. On ne veut pas revivre ça encore une fois", a-t-il ajouté.

 

Dans la crise sanitaire, le directeur général du guide veut quant à lui voir "l'espoir d'un retour vers le professionnalisme" de la critique gastronomique, en dépit de la concurrence exacerbée des amateurs "postant" sur les réseaux sociaux.

"Les gens se sont aperçus que les commentaires simplistes type "j'aime" ou les "like" ne suffisent pas. Nous avons noté une recrudescence de l'intérêt pour des avis d'experts, avec près d'un million de visiteurs sur notre site", indique M. Benkhadra.

"Oui, les guides comptent encore", croit également Angelo Ferrigno, de Cibo, à Dijon. Le jeune chef de 28 ans, titré lundi "Grand de demain" par le Gault et Millau, reconnaît que les réseaux sociaux "prennent énormément de place" mais pour lui les guides "restent la référence".

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.