“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le col de Tende, un lieu d'offrandes : une exposition à découvrir au musée des Merveilles

Mis à jour le 14/07/2017 à 05:07 Publié le 14/07/2017 à 05:07

Le col de Tende, un lieu d'offrandes : une exposition à découvrir au musée des Merveilles

L'inauguration de la nouvelle exposition temporaire vient d'être présentée au musée départemental des Merveilles de Tende.

L'inauguration de la nouvelle exposition temporaire vient d'être présentée au musée départemental des Merveilles de Tende.

Au cours de sa visite, Silvia Sandrone, responsable scientifique et documentaire du musée, a révélé qu'à l'occasion d'une recherche sur les voies de passage entre la Ligurie et le Piémont, le conservateur du musée municipal de Cuneo avait fait en 1994 une découverte au col de Tende : dans les déblais de travaux routiers se trouvaient une dizaine de monnaies antiques et des tessons de céramique.

Remercier le dieu Terme

Les deux campagnes de fouilles réalisées par la suite ont permis de dresser l'hypothèse d'un lieu de culte marqueur de territoire et d'une étape où ceux qui franchissaient le col déposaient une offrande modeste pour remercier les dieux ; probablement le dieu Terme (Terminus), dieu des confins d'un voyage effectué sans encombres.

D'où le nom de cette exposition qui accueille bon nombre d'objets découverts sur place : « Iactatio », c'est-à-dire le paiement d'un tribut symbolique avec des offrandes en argent (« stipes »).

L'aménagement du sanctuaire résulte sans doute de sa position géographique matérialisant à la fois une limite territoriale perméable et un point de passage essentiel.

Même si le culte du dieu Terme n'est qu'une hypothèse, il est certain qu'un ou plusieurs cultes se sont succédé au col de Tende pendant près de 1 000 ans, c'est-à-dire plus de temps que la plupart des vestiges cultuels construits (temple, église…).

La pièce de monnaie la plus ancienne mise au jour sur le site a été frappée sous Auguste à la fin du Ier siècle avant J.-C., les plus récentes datant de la période entre les IVe et Ve siècles après J.-C.

La céramique récoltée (environ 2 000 tessons) est, quant à elle, dans un état de conservation médiocre en raison de conditions climatiques difficiles et d'une réelle volonté cultuelle de déposer des poteries en fragments.

L'exposition repose sur une scénographie recherchée et agréable à suivre.

À découvrir jusqu'au 31 mars 2018.


La suite du direct