“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le Château dans le ciel

Mis à jour le 01/12/2016 à 05:01 Publié le 01/12/2016 à 05:01
C'est une soirée d'exception qu'ont offert à Cap-d'Ail Anastasya Terenkova et Gia Jashvili.

C'est une soirée d'exception qu'ont offert à Cap-d'Ail Anastasya Terenkova et Gia Jashvili. O.V.M.

Le Château dans le ciel

Ce n'était pas de la musique sacrée mais les musiciens ont réussi à emporter leur auditoire au paradis, vendredi soir au Château des Terrasses de Cap-d'Ail.

Ce n'était pas de la musique sacrée mais les musiciens ont réussi à emporter leur auditoire au paradis, vendredi soir au Château des Terrasses de Cap-d'Ail.

C'était un concert exceptionnel, qui se jouait dans le manoir des Cap-d'aillois : exceptionnel pour le talent et la virtuosité souvent rencontrés en ces lieux et exceptionnel car il s'agissait du premier acte du festival Juillet à Cap-d'Ail, reporté fin novembre pour cause de deuil national suite aux attentats de Nice.

Cent cinquante personnes avaient répondu présents à l'invitation de la mairie qui offrait ce concert sur réservation. Avec quelques minutes de retard sur l'horaire prévu, la pianiste russe Anastasya Terenkova et le violoniste Gia Jashvili sont apparus dans la grande salle du Château après un discours d'introduction de Xavier Delmas. Et c'est là que la magie a opéré. Le piano et le violon ont fait résonner leurs cordes et mêlé leurs voix, transportant l'assistance dans les plus beaux airs d'opéra. Une soirée envoûtante par des artistes d'exception.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct