“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

La vallée de la Roya au cœur de Public Sénat

Mis à jour le 31/03/2021 à 11:21 Publié le 30/03/2021 à 16:00
Le pont provisoire au cœur de Breil-sur-Roya. (Photo DR)
Monaco-Matin, source d'infos de qualité

La vallée de la Roya au cœur de Public Sénat

Six mois après le passage dévastateur de la tempête Alex, le 2 octobre 2020, les vallées niçoises sont toujours meurtries. Que ce soit dans la Tinée, la Vésubie ou la Roya, les stigmates sont omniprésents.

La reconstruction sera, de facto, lente, coûteuse mais elle est vitale. Public Sénat, via son émission Sénat en action, consacre ce soir un documentaire de Julien Dupriez sur cet état des lieux

Le film s’ouvre sur Philippe Tabarot, sénateur des Alpes-Maritimes et conseiller régional en charge des transports. Dans l’hélicoptère qui assure le pont aérien entre Nice et Tende, l’homme politique constate que son arrivée est très attendue, notamment par les élus locaux.

C’est d’ailleurs un maire de Tende Jean-Pierre Vassallo, ému, qui l’accueille. Cette liaison est vitale puisque le village demeure coupé du monde... "Tant que le train n’arrive pas à Tende, on maintient cette liaison" affirme Tabarot.

Un pont aérien qui a forcément un coût: 190.000 euros. Aurélie, enceinte de 7 mois, ne dispose que de ce moyen de transport atypique pour rejoindre Nice afin d’y effectuer une consultation gynécologique. C’est aussi ça, la réalité des vallées.

Dans ce décor figé, hors du temps, on ne circule plus vraiment. La D6204 est toujours hors service. Sa remise en état va coûter 450 millions d’euros. La ligne TER Nice-Tende, elle, se chiffre à 30M. Deux chantiers prioritaires. Mais à côté de ça, Pierre et Josiane, deux octogénaires qui vivent au hameau de la Louba sont isolés.

Dans leur malheur, ils peuvent compter sur la générosité d’une association "Aide aux sinistrés" fondée par Wilfried Bricourt, un Vauclusien de 51 ans, qui les aide à retrouver une certaine forme de normalité via ravitaillement et aide morale tout en désenclavant la piste qui mène au village.

De l’espoir malgré tout

Wilfried Bricourt et Pierre, un sinistré du hameau de la Louba. (Photo DR)

Xavier Pelletier, le préfet nommé à la reconstruction des vallées, est lui confronté à d’autres réalités. "Il faut faire attention aux autres. Ils n’ont pas besoin d’un technocrate qui vient leur donner des conseils", lâche-t-il lors de sa visite à Tende, un village déserté par un quart de sa population. Face à Séverine Lantéri, une productrice qui ne sait toujours pas si elle peut réinvestir sa maison, il semble désarmé. "On a mis notre sang dans cette maison. Je préfère être dedans et partir avec la prochaine fois, lance-t-elle. Depuis octobre, on ne sait pas où on va". "On ne vous abandonnera pas", conclut le représentant de l’Etat.

Mais les élus locaux doivent bricoler. Comme à Breil-sur-Roya où le jeune maire Sébastien Olharan a tout fait pour dresser un pont de fortune au cœur de son village détruit. Ce pont de secours de 36 tonnes a coûté près de 30.000 euros. "Il faut reconstruire en prenant en compte l’aléa climatique", déclare-t-il.

Pour ce faire, certains sénateurs espèrent amender la loi "Montagne" et, ainsi, assouplir l’exigence de la reconstruction à l’identique. Le chantier est long, le travail parlementaire considérable. "La vie qui reprend sera le signe que nous avons avancé", conclut Philippe Tabarot. La résilience des habitants, encore et toujours, pour cette vallée si durement touchée et que le reportage magnifie malgré les circonstances.

Sénat en action, Roya, au chevet d’une vallée. Ce soir à 22 heures sur Public Sénat, rediffusion samedi à 20h30.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.