Rubriques




Se connecter à

La Turbie : la poésie, fabrique d'émotions à la Médiathèque

Dans le cadre du Printemps des Poètes, la médiathèque avait organisé une séance de déclamation poétique, ouverte à tous, autour des auteurs et poètes du XXe siècle.

Marie-EvelyneColonna Publié le 15/03/2016 à 05:12, mis à jour le 15/03/2016 à 05:12
Joli moment d'échanges autour des coups de cœur pour la poésie de Rita, Pauline, Camille et Stéphanie, avec la complicité de Arzu Marie. M.-E. C.

Dans le cadre du Printemps des Poètes, la médiathèque avait organisé une séance de déclamation poétique, ouverte à tous, autour des auteurs et poètes du XXe siècle. Venues pour leur visite hebdomadaire à la médiathèque, Camille, 7 ans, Pauline, 11 ans et demi, jeunes Turbiasques élèves à Monaco, et Stéphanie, leur maman, se sont prises au jeu en découvrant les poèmes préparés par Arzu Marie, la responsable des lieux. Et Rita, autre visiteuse, les a suivies.

Saute saute sauterelle... C'est Camille, grimpée sur une chaise, qui commence avec ce poème de Desnos qu'elle a choisi. Pauline, de même, enchaîne avec Le Chat, de Guillaume Apollinaire. Stéphanie lira Je suis comme je suis de Prévert après en avoir demandé le texte à Arzu Marie. « Ce poème, je l'ai appris quand j'étais adolescente. À cette époque où le corps se transforme, où l'on éprouve un certain mal-être, il m'a beaucoup plu », dit-elle. Et Rita livrera Un poème de Raymond Queneau. Camille, enhardie, remonta sur son piédestal avec Une fourmi de dix-huit mètres... de Desnos et Pauline livra le mot de la fin, emprunté à Pierre Reverdy : Le poète est une fabrique d'images.

Osons ajouter : « et d'émotions à partager ».

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.