“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

La série à ne pas louper: Modern Family, la famille autrement

Mis à jour le 22/03/2020 à 09:08 Publié le 22/03/2020 à 14:00
Modern Family, une série drôle, acerbe et malicieuse.

Modern Family, une série drôle, acerbe et malicieuse. (DR)

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

La série à ne pas louper: Modern Family, la famille autrement

Voilà plus de dix ans que la série américaine démonte les clichés familiaux avec humour et ironie.

C’est l’histoire de trois couples – avec enfants – qui dure depuis près de dix ans et qui truste de nombreux prix aux Emmys Awards et aux Golden Globes. Avec onze saisons au menu, Modern Family est le genre de série qui peut se la raconter. À juste titre. Surtout dans un secteur difficile comme celui de la série familiale où bon nombre de projets se sont cassé la gueule rapidement.

Modern Family, lui, n’a jamais tangué. L’intrigue de base est pourtant simple puisqu’on y suit l’évolution de la famille Pritchett répartie au sein de trois cellules familiales distinctes:Jay et Gloria, les remariés;Mitchell et Cameron, les parents gays;Claire et Phil, les traditionnels.

Chaque couple ayant des enfants (cinq en tout). Pour simplifier l’arbre généalogique, Jay est le père de Claire et Mitchell. Tourné sous forme "mockumentary", principe déjà utilisé dans le génial The Office et qui consiste à filmer, de temps en temps, les personnages sous formes d’interviews dans un reportage fictif, Modern Family se démarque surtout par son humour acerbe et malicieux.

Oui, la famille, c’est sacré, la période de confinement actuellement en est la preuve la plus formelle, mais c’est surtout dans la qualité des personnages créés par Christopher Lloyd et Steven Levitan que le show se démarque. Globalement, la série est plutôt centrée sur les parents même si la progéniture est grandement mise en avant. Et la galerie des personnages est à la fois caricaturale et drolatique.

Elle se démarque des classiques

Claire la desperate  housewife, Phil le maladroit immature (personnage très souscoté mais brillantissime), Gloria la sulfureuse Sud-Américaine, Mitchell le timide maladif mais surtout les deux personnages les plus intéressants:Cameron l’exubérant et, évidemment, Jay, le patriarche grinçant, remarié, riche et joué par l’immense Ed O’Neill que l’on avait découvert, la main dans le pantalon en permanence, dans Mariés, deux enfants.

Là où la série s’écarte des classiques Sept à la maison ou autre La Fête à la maison, c’est dans sa manière d’aborder, avec ironie et sarcasme, des sujets de société incontournables:l’adoption par des couples homosexuels, les mariages mixtes, le mélange des cultures, les familles recomposées, l’autorité parentale.

Alors oui, de temps en temps, la série tombe dans le cliché un peu trop facile, notamment autour du personnage de Sofia Vergara, la Colombienne volcanique et vénale, mais cela ne détériore en rien les barres de rire qui se succèdent.

Surtout, on s’attache très facilement aux personnages (Team Cameron). Certes, onze saisons demandent un peu de temps (on en a) mais vos zygomatiques vont avoir de l’activité garantie. Et puis il y a Sofia Vergara. On vous laisse "googleimager" l’actrice, le reste suivra. CQFD.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.