“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

La Lyre roquebrunoise a enchanté La Turbie

Mis à jour le 13/01/2016 à 05:10 Publié le 13/01/2016 à 05:10
Les musiciens ont fait voyager le public entre les rives de la Méditerranée, le bord de la Volga, les plages de l'Atlantique et les années swing.

Les musiciens ont fait voyager le public entre les rives de la Méditerranée, le bord de la Volga, les plages de l'Atlantique et les années swing. M.-E.C.

Je découvre la nouvelle offre abonnés

La Lyre roquebrunoise a enchanté La Turbie

Samedi après-midi, à l'occasion du concert du Nouvel An offert par la municipalité, les 25 musiciens de la Lyre roquebrunoise ont livré au public de la salle polyvalente un florilège de morceaux parmi les plus connus.

Samedi après-midi, à l'occasion du concert du Nouvel An offert par la municipalité, les 25 musiciens de la Lyre roquebrunoise ont livré au public de la salle polyvalente un florilège de morceaux parmi les plus connus. En plus d'une heure trente de concert d'une musique brillante et variée, de l'ouverture du Te Deum de Charpentier (hymne de l'Eurovision et du Tournoi des 6 Nations) à Les Sardines de Sébastien, la fanfare de Roquebrune a emporté les spectateurs loin au-delà des murs froids d'une salle polyvalente brute, sans décoration.

Dès le second morceau, Moscow Light, un medley de six airs russes, l'assemblée a frappé la mesure avec Kalinka, pour s'envoler plus tard en Espagne, avec un paso-doble, puis rejoindre un autre bord de la Méditerranée avec le traditionnel Funiculi Funicula italien. Ils ont dodeliné de la tête sur le chant des 7 nains de Blanche Neige (Heigh-Ho, de F. Churchill), se sont émus avec la Bohemian Rhapsody de Freddie Mercury. Ils ont « vu » les verts paysages - bretons ou irlandais - The Green Lands de Dan Ar Braz et revu les images de l'immense Jour le plus long, se retenant tout juste de siffler l'air de Maurice Jarre, avant de se régaler du swing des années 30-40 du grand orchestre de Glenn Miller.

Enchantée, la salle qui n'était pas comble, a fait une ovation aux artistes et le maire, Jean-Jacques Raffaele, qui était présent avec d'autre élus, envisage déjà de les faire venir pour animer la fête de la musique.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.