“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

La Fête de la musique maintenue le 21 juin avec masques et couvre-feu

Mis à jour le 18/05/2021 à 09:00 Publié le 18/05/2021 à 08:59
La fête de la musique en 2013 à Saint-Tropez, place des Lices.

La fête de la musique en 2013 à Saint-Tropez, place des Lices. Photo Dylan Meiffret

Je découvre la nouvelle offre abonnés

La Fête de la musique maintenue le 21 juin avec masques et couvre-feu

La Fête de la musique est maintenue le 21 juin, avec un couvre-feu à 23 heures, indique la ministre de la Culture Roselyne Bachelot dans "Le Parisien" mardi.

Cette fête créée en 1982 en France "se tiendra le 21 juin et ne sera pas soumise au pass sanitaire, on pourra danser mais ce sera une fête masquée avec un couvre-feu à 23 heures", expose la responsable politique.

L'an dernier, la Fête de la musique avait également eu lieu. Les rassemblements de plus de dix personnes étaient alors interdits, mais des regroupements plus larges s'étaient tout de même produits dans des grandes villes.

La ministre de la Culture "en appelle à la responsabilité de chacun" pour l'édition de cette année.

Revenant sur le pass sanitaire, Mme Bachelot explique qu'il sera obligatoire "à partir du 9 juin, dans les manifestations de plus de 1.000 personnes". "On est en train d'étudier comment il permettra aux concerts debout de se tenir de la meilleure façon", souligne-t-elle.

La ministre considère par ailleurs que "derrière" le mouvement d'occupation des théâtres, "il y a aussi des projets politiques d'opposition au gouvernement". "Il y a un peu plus de 80 lieux occupés, et je le dis avec force, ces occupations ne me paraissent pas compatibles avec la réouverture", insiste-t-elle, avant de marteler: "Il faut arrêter les occupations".


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.