“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

La créativité des élèves du Pavillon Bosio s'expose au Jardin exotique

Mis à jour le 09/07/2017 à 05:07 Publié le 09/07/2017 à 05:07
Entre la directrice Isabelle Lombardot, et l'élue déléguée à la Culture, Françoise Gamerdinger, trois des élèves qui ont réalisé le projet : Maxime Decouard, Sophie Blet et Axelle Terrier.

Entre la directrice Isabelle Lombardot, et l'élue déléguée à la Culture, Françoise Gamerdinger, trois des élèves qui ont réalisé le projet : Maxime Decouard, Sophie Blet et Axelle Terrier. Mairie de Monaco

La créativité des élèves du Pavillon Bosio s'expose au Jardin exotique

C'est une première.

C'est une première. La première fois que les élèves diplômés de l'École supérieure d'arts plastiques exposent hors les murs. Ils investissent la salle Marcel Kroenlein du Jardin exotique pour « No Man is an island », une exposition proposée jusqu'au 24 septembre.

« Cela fait dix ans que nous avons des étudiants qui reçoivent le diplôme national supérieur d'expression plastique. Et nous souhaitions montrer le travail réalisé par nos diplômés dans une exposition cohérente » explique la directrice Isabelle Lombardot. Ils sont sept cette année à composer ce collectif, pour montrer des travaux réalisés principalement lors de leur cinquième et dernière année d'études.

Et si l'école affiche une spécialité scénographie, autant dire que les ex-élèves, jeunes artistes savent occuper l'espace. À commencer par le travail de Sophie Blet, avec une installation d'échasses en suspension au cœur de la salle, entre la fragilité et l'ancrage dans l'univers. Un peu plus loin, Gael Rosticher a dessiné une tour de Babel moderne, immeuble de 780 étages qui pourrait accueillir l'humanité tout entière. Axelle Terrier, jouant avec la mise en scène et les costumes, oscille aussi entre fiction et réalité dans ces projets vidéos. Des pièces intéressantes comme la triple prestation de Maxime Decouard, toujours face caméra, qui réfléchit sur le temps et l'altération des choses qu'il provoque.

L'exposition est visible jusqu'au 24 septembre.

L'exposition est visible jusqu'au 24 septembre.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct