“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

L'amour selon Cocteau

Mis à jour le 30/10/2018 à 05:03 Publié le 30/10/2018 à 05:03

L'amour selon Cocteau

Jusqu'au 22 avril, le musée du Bastion propose l'exposition « Les amoureux ». Dessins, photos, céramiques, manuscrits... Une soixantaine d'œuvres révèle une facette plus intime de l'artiste

Dans cet univers coctalien, les visages passionnés s'affrontent. Prêts à se donner un baiser fougueux dans un décor de saynètes inspirées de la Commedia dell'arte... de quoi avoir un sérieux béguin pour la nouvelle expo du Bastion . Jusqu'au 22 avril, le musée mentonnais propose une découverte, tout en poésie, de l'artiste Jean Cocteau.

Dans « Les amoureux », une soixantaine d'œuvres - dessins, lithographies, manuscrits, céramiques et photographies - lève le voile sur sa représentation des amoureux et de l'amour.

Sensualité et érotisme

« Il a beaucoup travaillé sur ce thème. C'est d'ailleurs sur la Côte d'Azur qu'il trouve l'inspiration pour dessiner des couples qu'il appellera ensuite des innamorati », précise Sandrine Faraut, attachée de conservation du musée.

La représentation des fiancés selon Cocteau se dévoile à travers les esquisses de la salle des mariages de Menton ou les archives de la pièce de théâtre Les mariés de la Tour Eiffel. Dans sa vie privée, l'artiste a connu de nombreux amours (Marcel Khill, Edouard Dermit, Jean Desbordes, Raymond Radiguet...) et s'inspire de la beauté de ses amants, comme celle de Jean Marais. « Certains dessins d'amoureux s'appuient sur le profil de l'acteur, représenté sous les traits d'Orphée.»

Issues de la collection Severin Wunderman et de la collection historique du musée du Bastion, les œuvres exposées parlent d'amour... et d'érotisme. Dans l'une des salles du premier étage - interdite aux moins de 16 ans - l'artiste représente le contact charnel sous les traits de dormeurs, de marins ou de personnages mythologiques (lire par ailleurs). Le musée dévoile également des dessins tirés de son livre très suggestif : Le Livre blanc. « Cet ouvrage, c'est l'étendard de l'homosexualité et un hommage aux nus masculins érotisés.»

Une exposition puissante - pleine de tendresse et d'affection - pour mieux comprendre l'une des grandes figures du XXe siècle.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct