“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Jean-Sébastien Baschet redonne vie au plus grand magazine français "L'illustration"

Mis à jour le 03/03/2017 à 09:54 Publié le 02/03/2017 à 09:53
Jean-Sébastien Baschet

Jean-Sébastien Baschet Photo DR

Jean-Sébastien Baschet redonne vie au plus grand magazine français "L'illustration"

L’Illustration, c’est d’abord le magazine des superlatifs : premier magazine illustré français à partir de 1843, premier magazine à publier la première photographie noire et blanc, puis quelques années plus tard, en couleur, posant ainsi les bases du photojournalisme.

En 1906, L’Illustration devient le premier magazine au monde, avec une distribution dans plus de 150 pays, et un tirage qui va atteindre plus d’un million d’exemplaires. La revue devient la voix de la France à l’international pendant près d’un siècle. L’Illustration va raconter l’histoire du monde, chaque semaine, pendant plus de 100 ans.

L’Illustration, c’est aussi une histoire de famille: celle de la plus ancienne famille d’éditeur en France. L’histoire commence avec Ludovic Baschet, qui édite entre autres Le Panorama au début du 19 ème siècle. Elle continue, avec son fils René Baschet, qui connaît une carrière fulgurante dans la presse, puisqu’à 25 ans, il est déjà éditeur, à la tête de La Revue Illustrée, qu’il a fondée mais aussi d’auteurs aujourd’hui célèbres : Guy de Maupassant, Émile Zola, Maurice Barrès, ou encore Francisque Sarcey et Anatole France...

En 1904, il reprend les rênes de L’Illustration, pour en faire dès 1906, le premier magazine au monde ! Si la parution de L’Illustration ne survit pas à la Seconde Guerre mondiale, la famille Baschet va continuer à préserver les archives exceptionnelles de ce journal.

Les archives représentent plusieurs millions d’originaux : photographies, dessins, textes des plus grands artistes et journalistes de l’époque, plus d’un kilomètre 200 de linéaire ! Elles sont été classées Trésor national.

Un Trésor sur lequel veille l'arrière-arrière-petit-fils de René Baschet : Jean-Sébastien Baschet. Interview.

L'Illustration, c’est un héritage familial ou un Trésor National?

L’histoire de L’Illustration et celle de ma famille sont intimement liées. Depuis mon arrière-arrière-grand-père, chaque génération s’est mobilisée pour continuer à faire vivre cette marque, valoriser ce fonds exceptionnel, transmettre. Le travail et la mobilisation, de chaque génération, ont permis de préserver un fonds unique, des œuvres majeures, un véritable témoin de notre histoire. L’Illustration est indiscutablement un trésor national, car le témoignage incontournable, notamment d’un pan de l’histoire de France. Mais pour répondre à votre question, si L’Illustration est un héritage familial, c’est aussi une véritable mémoire de l’humanité et donc un trésor sans frontière.

La revue était à la pointe du progrès ?

« Bien Faire » est la devise de la famille Baschet. Inscrire le journal dans le progrès est évidemment une préoccupation et un enjeu. L’Illustration sensibilise ses lecteurs au progrès en traitant toutes les avancées de la science, de l’aviation, de l’automobile, de l'industrie, de la médecine, etc. Dans sa conception et sa réalisation, la revue utilise les techniques de pointes. A ses débuts, les dirigeants débauchent les meilleurs graveurs de France et industrialisent les process. L’utilisation de l'image comme élément d’information est une révolution que l’on doit à L’Illustration. Par la suite René Baschet invente le photojournalisme. Il va jusqu’à financer les frères Lumières et assure en exclusivité la présentation de leur invention, puis la promotion de leur découverte. En 1933, ma famille inaugure à Bobigny, qui n'était alors que des champs, la plus grande et la plus belle imprimerie du monde. Le site, aujourd’hui classé, accueille un hôpital et l’Université Paris XIII.

La culture y occupait également une grande place...

L’influence des Lumières et des Encyclopédistes est déterminante. Les plus grandes signatures ont collaboré à ce titre, citons par exemple : George Sand, Pierre Loti, Jean Aicard, Sacha Guitry... Le journal par ses commandes d’œuvres comme Chanteclerc ou encore Cyrano de Bergerac d'Edmond Rostand, Le mystère de la chambre jaune et Rouletabille de Gaston Leroux, joue un rôle essentiel dans la création. Ces grands succès populaires d’hier sont devenus aujourd’hui de grands classiques.

L'Illustration c'était aussi les grands reportages...

Effectivement. Les reporters sont allés au bout du monde. Ils ont suivi les grands conflits. L'Illustration est aujourd'hui une source inépuisable sur la Première Guerre mondiale. Lors de la guerre de Crimée de 1853 à 1856, des coursiers faisaient des navettes de 2200 km pour rapporter à Paris les textes des journalistes et le travail des dessinateurs. L’Égypte, les colonies, l'Amérique, les élections, les couronnements, le naufrage du Titanic...chaque numéro est un livre d'histoire. René Baschet avait inventé un slogan pour L’Illustration : « La plus vivante des encyclopédies universelles. »

Quel avenir pour L’Illustration?

Assurer à L’Illustration un avenir est aujourd’hui mon principal challenge. Garder vivant L’Illustration, c’est continuer sa diffusion au plus grand nombre. C’est dans cet esprit que nous venons de conclure un partenariat avec l’Éducation Nationale afin de rendre gratuite pour les professeurs de France, cette extraordinaire ressource. Cette formidable ressource a aussi été retenue par le Ministère de l’Enseignement Supérieur pour enrichir les contenus mis à la disposition des universités françaises. Pour le grand public, plus de 5 200 numéros sont désormais disponibles à la consultation via internet : http://www.lillustration.com. Par exemple, pour 20 euros vous pouvez consulter en illimité pendant 24 heures tous les numéros. Et puis il y a ce partenariat avec Nice-Matin et Var- Matin qui permet aussi une large diffusion ! Être le gardien d’une telle mémoire est une lourde responsabilité.

Vous avez donc repris ce flambeau, mais vous êtes aussi journaliste ?

Oui, j’ai suivi la tradition familiale. Bien qu’ayant une formation d’écoles de commerce (EBS puis ESSEC) j’ai commencé ma carrière au sein du groupe Hachette Filipacchi, aujourd’hui Lagardère. Puis j’ai repris une agence de presse et d’information, qui m’a donné l’occasion de réaliser de nombreux reportages sur des sujets très variés et d’exercer une de mes grandes passions, la photographie. Je donne également des cours en école de journalisme. Aujourd’hui, je consacre l’essentiel de mon temps au conseil. J’accompagne sur leur stratégie et leurs enjeux de communication des grands patrons (essentiellement Cac 40), des hommes politiques, mais aussi par goût de entrepreneuriat, des start-ups. Car entrepreneuriat, c’est aussi une tradition familiale !


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.