Rubriques




Se connecter à

Invités par la princesse Stéphanie, les étudiants du cirque d'Ukraine feront le show au Festival du cirque de Monte-Carlo

Les étudiants des écoles de cirque de Kiev et Kharkiv, qui étaient réfugiés en Hongrie ont répondu à l’invitation du Festival du cirque pour se produire ce week-end à Monaco.

CEDRIC VERANY Publié le 15/04/2022 à 14:09, mis à jour le 15/04/2022 à 13:48
Les répétitions ont démarré hier sur la scène du théâtre Princesse Grace. Photo Frédéric Nebinger/Palais princier

La plus jeune de la troupe a 11 ans, le plus âgé 19 ans. Des adolescents comme tant d’autres qui évoluent sur la scène et dans les coulisses du théâtre Princesse Grace.

Quand le noir se fait dans la salle et la répétition commence, la concentration va de pair et ils se préparent à montrer l’étendue de leur talent: danse, jonglage, acrobaties aériennes.

Un savoir-faire qu’ils apprennent dans les écoles de cirque de Kiev et Kharkiv, où ils sont étudiants.

Illustration Photo Frédéric Nebinger/Palais princier.

Aux premiers jours de la guerre qui touche leur patrie, l’Ukraine, depuis le mois de février, ils ont trouvé refuge à Budapest en Hongrie. Accueillis par les équipes du Cirque de Budapest.

Une trajectoire qui a donné l’idée à la princesse Stéphanie et aux équipes du festival du cirque de Monte-Carlo de leur proposer de venir en Principauté.

 

"J’ai pensé que ça leur ferait plaisir"

"Quand nous avons appris que les élèves ukrainiens étaient réfugiés avec leurs professeurs, je me suis souvenu avoir assisté l’an dernier à la soirée finale après les examens de l’école du cirque de Kiev et de la qualité de ce spectacle, rembobine Urs Pilz, directeur artistique du festival monégasque. J’ai pensé à ces étudiants, que ça leur ferait plaisir de pouvoir faire ce spectacle à Monaco et d’en faire une charité".

La machine de réactivité en Principauté s’est alors mise en branle: le théâtre Princesse Grace a ouvert ses portes, l’hôtel Marriott a mis des chambres à disposition, plusieurs sponsors ont prêté main-forte pour organiser la logistique et la venue de la troupe depuis Budapest, en autobus.

Illustration Photo Frédéric Nebinger/Palais princier.

Arrivés lundi en Principauté, les étudiants et leurs professeurs ont pu découvrir la relève de la garde au Palais, le Rocher. Ainsi qu’une visite du musée du cirque à Tourrette-Levens, guidé par le maître des lieux, Alain Frère.

"Pour ces représentations, j’ai pensé aussi à associer des artistes de Monaco. Ainsi, un trio de Femina Sports proposera un numéro intégré au spectacle et des élèves de l’école Tous en piste seront présents pour animer l’entrée du théâtre", souligne Urs Pilz, suivant du regard les répétitions de ce show dont la première aura lieu ce vendredi soir.

Kiev, une patrie de cirque

En expert du monde circassien, le directeur artistique rappelle d’ailleurs que de nombreux artistes en provenance d’Ukraine se sont produits depuis trente ans sur la piste aux étoiles du chapiteau de Fontvieille.

 

"L’Ukraine avec le Canada, sont au top au niveau des écoles de cirque dans le monde. En Ukraine, les écoles et les académies enseignent la tradition du cirque, sur l’acrobatique et l’artistique. Et le pays produit chaque année le plus d’artistes de cirque de très haute valeur. Beaucoup ont d’ailleurs été primés à Monaco".

Illustration Photo Frédéric Nebinger/Palais princier.

Ce sera peut-être un jour le cas des jeunes artistes qui se produiront ce soir et samedi pour la première en Principauté. Samedi qui marquera aussi la douzième journée mondiale du cirque dans le monde.

"Avec la fédération mondiale du cirque, dont la princesse Stéphanie est présidente d’honneur, nous avons mis en place également des aides pour les animaux des zoos et des cirques itinérants en Ukraine, pour leur envoyer des fonds qui servent à acheter de la nourriture et des médicaments pour les bêtes", continue Urs Pilz.

Et les fonds récoltés au cours des trois spectacles du week-end à Monaco iront, eux, soutenir les écoles de cirque d’Ukraine et certains studios de danse, de jonglage du pays. "Même si l’avenir en Ukraine, tous ces réfugiés ont l’espoir un jour de revenir dans leur pays".

Savoir +
Spectacles au théâtre Princesse Grace ce vendredi soir à 20 heures, samedi 16 avril à 15 heures et 20 heures.
Tarifs adultes de 40 à 50 euros, enfants de 25 à 30 euros.
Réservations au 93.25.32.27 et www.tpgmonaco.mc

Illustration Photo Frédéric Nebinger/Palais princier.

Nous voulons montrer le talent de nos jeunes artistes

Leur courage est impressionnant. Sur scène, pris à leur répétition, les jeunes ukrainiens s’entraînent, sourient, plaisantent entre eux. Comme une récréation face à l’horreur qui touche leur pays. Gulnara Savenko, fait partie du corps professoral qui encadre les artistes présents toute la semaine en Principauté.

"Au début de la guerre, nous nous sommes réfugiés à Budapest avec différents élèves de l’Académie de cirque de Kiev et d’autres écoles. Et nous avons continué à travailler, à nous entraîner. Alors, cette opportunité de spectacle à Monaco, nous en sommes très reconnaissants", souligne-t-elle, même si ce n’est pas la scène de théâtre qui a impressionné en premier la troupe arrivée en bus depuis Budapest. "Certains enfants n’avaient encore jamais vu la mer de leur vie, ils ont été éblouis, et l’accueil de la Principauté a été très réconfortant."

"Nous essayons d’être aussi une famille"

Difficile pour autant de faire abstraction de la réalité. "C’est très dur", admet Gulnara Savenko, "ces enfants sont ici sans leurs proches. Beaucoup des familles, les parents, des grands frères de grandes sœurs sont restés en Ukraine. Alors, au sein de la troupe, nous essayons de ne pas être seulement des professeurs, mais aussi une famille pour les enfants dans cette situation extrêmement difficile pour se concentrer sur la discipline, car nous regardons sans cesse les actualités de notre pays".

Les spectacles, ce soir et samedi, seront comme une parenthèse. "Notre envie est de montrer le talent de nos jeunes artistes. J’espère que le spectacle sera apprécié, et si j’ai un message pour le public : soyez indulgents, ce ne sont que des enfants."

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.