“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Grace de Monaco, le film qui tourne mal

Mis à jour le 21/10/2013 à 08:32 Publié le 21/10/2013 à 07:09
Nicole Kidman en Grace Kelly, lors du tournage à Menton à l'automne dernier.

Nicole Kidman en Grace Kelly, lors du tournage à Menton à l'automne dernier. Eric Dulière

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Grace de Monaco, le film qui tourne mal

La sortie du film événement d’Olivier Dahan est repoussée... Furieux, le réalisateur français assure que ses producteurs américains auraient remonté le film à son insu et «au ras des pâquerettes»...

La sortie du film événement d’Olivier Dahan est repoussée... Furieux, le réalisateur français assure que ses producteurs américains auraient remonté le film à son insu et «au ras des pâquerettes»...

Atmosphère, atmosphère ! En fait, la « gueule d'atmosphère » serait tout simplement à la « blitzkrieg » hollywoodienne entre Olivier Dahan et ses producteurs américains. Grace de Monaco, le biopic tourné l'hiver dernier par le réalisateur de La Môme, n'est pas près de sortir. Du moins dans sa version originale. Les ciseaux d'Hollywood seraient passés par là. Et dans une longue et furieuse interview dans le quotidien Libération, Olivier Dahan n'exclut pas d'exiger que son nom soit retiré du générique : « Je peux aller jusque-là», prévient-il.

Irrespirable, l'atmosphère hollywoodienne ! Sauf qu'elle n'avait pas attendu la passe d'armes entre Olivier Dahan et son boss, Harvey Weinstein, pour être plombée. Début janvier, la famille princière de Monaco avait déjà ouvert le feu, faisant savoir avec véhémence qu'elle « n'apporterait ni soutien ni caution au film " Grace de Monaco " » (lire par ailleurs).

« À mon insu ! »

Ah le cinéma, quelle belle grande famille ! C'est en fin de semaine dernière que le clash a éclaté. Dahan vient pourtant de terminer le tournage du clip du premier titre d'Elvira. A priori, son Grace de Monaco est sur les rails pour sortie US imminente en « limited released ». En décodé, son biopic sur Grace de Monaco va être programmé dans quelques salles triées sur le volet, afin de le tester... auprès de la critique. Objectif : brûler les étapes et s'ouvrir les portes d'une sélection aux Oscars.

En clair, ça roule. La date de sortie pour le grand public est même fixée au 27 novembre. Sauf qu'Olivier Dahan aurait appris ces dernières semaines que son Grace de Monaco a été totalement remonté. «À mon insu. » Et soudain, c'est la guerre. Dahan dégaine : «C'est une question d'argent, de millions de dollars. Ça n'a rien à voir avec le cinéma. Ils veulent un film commercial, c'est-à-dire au ras des pâquerettes, en enlevant tout ce qui dépasse, tout ce qui est trop abrupt, tout ce qui est cinéma, tout ce qui fait la vie. C'est une histoire de manipulation et de pouvoir. »

Un écran pour... deux films

Boum, la bombe explose. D'autant qu'Olivier Dahan ignore comment la Weinstein Company a pu se procurer les rushes de son film, sans lesquels un montage parallèle n'aurait pas été possible. Prudent, François Guerrar, le responsable presse de Grace de Monaco, se contente de confirmer : « Oui, il y a bien deux films. Celui qu'Olivier Dahan a réalisé et qui, déjà, a été vu par plusieurs personnes… et celui que la Weinstein Company a remonté ; mais rien n'est définitif. »

Rien sauf que nul ne sait qui va gagner la partie. L'artiste ou le financier ? Éternel et fragile fil sur lequel titube trop souvent la création cinématographique. Olivier Dahan en tout cas ne semble pas avoir l'intention de céder face au diktat du marketing. Dialogue de sourds ? A Lyon hier, Harvey Weinstein semblait se contreficher des états d'âmes de son réalisateur. Si officiellement, il n'était là que pour Quentin Tarantino, son petit protégé, auquel on remettait le prix Lumière 2013, le boss ne s'est pas défilé, balayant le courroux artistique d'Olivier Dahan d'un « Un problème ? Quel problème ? Cela fait du buzz, et c'est bon pour le film !»
 


Plus d’infos sur iPad ou sur le Journal en ligne

Olivier Dahan, le réalisateur de Grace de Monaco, n’exclut pas d’exiger que son nom soit retiré du générique.
Olivier Dahan, le réalisateur de Grace de Monaco, n’exclut pas d’exiger que son nom soit retiré du générique. (Photo François Baille)
Olivier Dahan, le réalisateur de Grace de Monaco, n’exclut pas d’exiger que son nom soit retiré du générique.
Olivier Dahan, le réalisateur de Grace de Monaco, n’exclut pas d’exiger que son nom soit retiré du générique. (Photo François Baille)

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.