“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

  • Et si vous vous abonniez ?

    Au quotidien, où que vous soyez, consultez le journal complet en ligne, dès 6h du matin.

    Abonnez-vous

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Fin du jeu télévisé "Les Z'amours" après 26 ans d'antenne

Mis à jour le 16/04/2021 à 17:46 Publié le 16/04/2021 à 17:37
Illustration.

Illustration. Photo France 2

Je découvre la nouvelle offre abonnés

Fin du jeu télévisé "Les Z'amours" après 26 ans d'antenne

Le jeu télévisé "Les Z'amours", dans lequel des couples en compétition doivent répondre à des questions sur leur vie quotidienne, va s'arrêter début juillet sur France 2 a affirmé vendredi son animateur Bruno Guillon sur les réseaux sociaux.

"Vingt-six ans d’aventures pour une émission devenue culte ... 3 années seulement pour moi ... l’émission +Les z’amours+ tirera sa révérence le 2 juillet en réalisant ses meilleures audiences depuis 2014", a annoncé sur Instagram le présentateur, assortissant son message d'une photo de groupe avec l'équipe du jeu.

Diffusé dès 1995, "Les Z'amours" était la nouvelle version d'un jeu précédemment intitulé "Les mariés de l'A2", adapté d'un concept américain et diffusé sur la deuxième chaîne publique.

Jean-Luc Reichmann, premier présentateur du jeu jusqu'en 2000, y avait lancé sa carrière avant d'être remplacé par Tex.

Ce dernier avait été écarté fin 2017 de l'antenne après une blague douteuse sur les femmes battues. L'animateur de radio et de télévision Bruno Guillon avait repris le flambeau en février 2018.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.