“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Ezio Greggio: "Nous sommes la cathédrale de la comédie mondiale"

Mis à jour le 29/02/2016 à 15:32 Publié le 29/02/2016 à 15:28
L’animateur de télévision italien est le président de ce festival qu’il a initié pour célébrer le genre cinématographique de la comédie.

L’animateur de télévision italien est le président de ce festival qu’il a initié pour célébrer le genre cinématographique de la comédie. Photo Jean-François Ottonello

Je découvre la nouvelle offre abonnés

Ezio Greggio: "Nous sommes la cathédrale de la comédie mondiale"

Ezio Greggio propose du 1er au 5 mars, la treizième édition de son Monte-Carlo Film Festival de la comédie. Avec cette année un hommage au travail de Woody Allen et de Claudia Cardinale

Content que le festival perdure et célèbre sa treizième édition?
Évidemment! Quand nous avons commencé, il n’y avait pas de place pour la comédie dans les grands festivals de cinéma. Regardez les sélections à Cannes ou à Venise, les films sont généralement sérieux, plus culturels. Ce que nous voulions, c’est rendre hommage à un genre que le public adore. D’ailleurs, au box-office international, les comédies sont toujours premières.

Comment est né le festival il y a treize ans?
Cela fait 23 ans que je suis résident en Principauté, et je voulais vraiment monter ce festival ici. J’ai écrit au gouvernement et j’ai reçu le soutien à l’époque du prince Rainier. Il m’a apporté son soutien et sa bénédiction. Avec le prince Albert, ils sont venus tous les deux pour la première édition. Le lien avait été fait par le comédien Leslie Nielsen, que le prince Rainier connaissait bien, et qui était aussi un de mes amis.

Pourquoi avoir choisi cette année de projeter « Annie Hall », un classique de Woody Allen?
Le film vient de recevoir, de la part de la fédération des auteurs aux États-Unis, le titre de « film le plus drôle jamais écrit ». En tant que cathédrale de la comédie, il était évident qu’on devait le programmer!

Comment sélectionnez-vous les films?
Deux sélectionneurs travaillent à l’année pour constituer notre compétition. Ils ont vu cette année une soixantaine de films pour en choisir neuf au final. Dans le monde chaque année, quelque 350 comédies sont réalisées. C’est un genre majeur pour l’industrie du cinéma. Beaucoup d’acteurs s’essayent d’ailleurs à la comédie, qui est selon moi, le genre le plus compliqué.

Un mot sur le président du jury cette année?
Gabriele Muccino est un réalisateur italien qui a eu beaucoup de succès dans son pays avant d’être appelé par Hollywood. Il a notamment dirigé Will Smith, Catherine Zeta-Jones ou Russell Crowe. Et il a réputation d’être très bon directeur d’acteurs. Les stars américaines apprécient énormément travailler avec lui.

À quels artistes allez-vous rendre hommage pour le gala?
Je ne peux pas encore tout dévoiler. Vous dire qu’il y aura un prix qui sera remis pour l’ensemble de sa carrière à Claude Brasseur. Puis nous voulons saluer le travail de Claudia Cardinale, qui sera avec nous. Elle était déjà là pour la première édition et vient d’être consacrée comme plus fascinante actrice du cinéma européen. Ce sera l’occasion aussi de projeter en avant-première son dernier film « Tous les chemins mènent à Rome », où elle partage l’affiche avec Sarah Jessica Parker.

Sélection cosmopolite

Comme l’an passé, le Monte-Carlo Film Festival de la comédie a pris ses quartiers désormais au théâtre des Variétés. « J’adore cet endroit qui est très confortable pour le cinéma et l’acoustique » explique Ezio Greggio. Les équipements seront quand même boostés pour permettre aux spectateurs de visionner les films dans de bonnes conditions.

Pour voir quoi? Une sélection cosmopolite comme à son habitude.

Avec, «Marie et Les Naufragés», film de Sébastien Betbeder avec Eric Cantona et Pierre Rochefort. Ou le dernier opus du maître japonais Takeshi Kitano «Ryuzo and his seven Henchmen».

Choisis aussi dans la compétition qui compte des films hongrois, tchèques et espagnols, un film du Danois, Anders Thomas Jensen «Men & Chicken» et le nouveau long-métrage de Fausto Brizzi, très apprécié du public italien, «Forever Young» en première mondiale.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.