“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Étonnante victoire du ténor coréen aux Masters de chant à Monaco

Mis à jour le 17/06/2014 à 08:44 Publié le 16/06/2014 à 07:14
Le ténor coréen, 26 ans, remporte le concours et empoche le Prix Prince Rainier III.

Le ténor coréen, 26 ans, remporte le concours et empoche le Prix Prince Rainier III. ABJ

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

Étonnante victoire du ténor coréen aux Masters de chant à Monaco

A la surprise générale, Junghoon Kim a ravi le prix à l’excellente soprano canadienne Jessica Muirhead

A la surprise générale, Junghoon Kim a ravi le prix à l’excellente soprano canadienne Jessica Muirhead

Qui, de la soprano canadienne Jessica Muirhead ou du ténor coréen Junghoon Kim allait l'emporter, samedi soir, aux Masters de chant de Monaco ?

Une ambiance électrique régnait dans la Salle Garnier comme au jour des grandes compétitions sportives ou autres.

Au cours d'un concert présenté avec classe par Alain Duault, devant un public des grands soirs parmi lequel on remarquait le célèbre baryton Ruggero Raimondi, les deux candidats ont chanté des airs en alternance et ont terminé par un exaltant duo de la « Traviata ».

Ils étaient magnifiquement accompagnés par l'Orchestre Philharmonique sous la direction d'Antonello Allemandi.

La soprano canadienne, 33 ans, présence radieuse, voix bien timbrée du grave à l'aigu, caracolait en vocalises exquises, murmurant des contre-ut qui s'amplifiaient en vous donnant le frisson. Aussi à l'aise dans les styles de Mozart, de Richard Strauss ou de Verdi, elle s'est avérée être une artiste parfaite.

Le ténor coréen, 26 ans, doté d' « une voix du bon dieu »aussi appelée « voix d'or », a déployé un style plus contestable, grossissant les sons jusqu'à avoir une sonorité métallique, faisant grandir ses crescendo comme les ténors caricaturaux d'autrefois. Et cela malgré la belle douceur avec laquelle il a conclu son air de « Carmen ». Puis est venu l'air de « Turandot ». Là, il a été éblouissant. Ces quatre minutes allaient-elles faire basculer un résultat qui semblait acquis à la Canadienne ?

Eh bien oui ! Car c'est lui, Junghoon Kim, qui finalement a remporté le concours et a empoché le Prix Prince Rainier III d'une valeur de 30 000 euros.

Lors de l'annonce du résultat, le public a applaudi mollement.

C'est alors que, contre toute attente, le président du jury, Dominique Meyer, directeur de l'Opéra de Vienne, s'est avancé sur la scène et a déclaré : « J'engage Jessica Muirhead ! » Acclamation du public. Un engagement à Vienne : il y a pire comme lot de consolation !

Cet étonnant résultat nous rappelle, en 2002, la victoire surprise d'un autre ténor coréen, Yikun Chung. Celui-ci avait inexplicablement coiffé au poteau l'Américain Bruce Sledge. Douze ans après, le premier est devenu une vedette dans son pays mais sa carrière internationale n'a jamais vraiment décollé. L'Américain, en revanche, se produit un peu partout dans le monde.

Au pays de l'art lyrique comme dans la vie, il ne faut jamais jurer de rien !

 

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.