Estelle Lefébure confie ses "grandes ambitions" théâtrales avec Matt Pokora

Finie ou presque la "classe mannequin". Estelle est désormais en mode théâtre. De passage au Festival de Ramatuelle, jeudi, elle a rodé sa prochaine pièce, en secret, dans une salle de Sainte-Maxime, cet été, avec un partenaire "débutant" nommé... Matt Pokora.

Laurent Amalric (lamalric@nicematin.fr) Publié le 07/08/2021 à 15:17, mis à jour le 07/08/2021 à 13:58
Estelle Lefébure se consacre désormais presque entièrement au théâtre. Photo Cyril Bruneau

Retour sur les planches à la rentrée

À partir du 17 septembre et pour trois mois, se jouera au Théâtre de la Madeleine, Les Grandes Ambitions, dont Estelle livre le pitch.

"Ce sont deux grands enfants un peu doux rêveurs, joués par Philippe Lellouche et Matt Pokora, qui ont pour ambition d’ouvrir un club de karaoké. J’incarne la femme de Philippe qui, elle, est plus réaliste et responsable. Elle en a marre de tout gérer et voudrait que son compagnon s’engage dans un travail plus sérieux... Sauf qu’il embarque son copain dans autre chose et rien ne va se passer comme prévu ! On rit beaucoup mais il y a aussi beaucoup de mouvements dans les émotions."

Petit short blanc, lacet de tatouages à la cheville, sourire rayonnant, iris azur, Estelle Lefébure sort d’un déjeuner en compagnie de ses partenaires Patrick Chesnais et Philippe Lellouche, ainsi que l’équipe du Festival de Ramatuelle où elle se produit le soir-même dans L’Invitation.

L’ambiance oscille entre éclats de rires et considérations sur le métier. Un métier dont elle explore toutes les facettes depuis que la reine des "cover girls" a mis entre parenthèses sa carrière de mannequin.

Après le clip "hot" pour George Michael, elle a ainsi goûté aux plaisirs d’animatrice, candidate de show télé, personnage de séries ou de film...

Voici venu le temps de défiler sur un autre « podium ». Celui des salles de théâtre. Nouveau défi qui fait pulser son énergie de Taureau, signe astrologique qui l’entraîne d’arène en arène avec la même volonté conquérante.

 

Cette invitation de L‘Invitation à rejoindre les planches s’avère-t-elle aussi épanouissante que vous l’imaginiez?
Ah oui! Heureusement en même temps. Je prends beaucoup de plaisir, et je pense que cela va aller croissant car en ce moment c’est encore tout nouveau, donc je ne me lâche pas complètement. Je reste un peu sur la réserve. Il faut dire que nous n’en sommes qu’à cinq représentations et c’était l’an dernier sur Paris. A Ramatuelle, ce sera la sixième à peine!

Que vous apporte cet exercice sans filet par rapport au cinéma ou à la télé?
Il y a une adrénaline énorme. Je marche beaucoup à ça ! Dans tout ce que je fais d’ailleurs. J’en ai besoin. C’est mon tempérament. Les Taureau font les choses avec passion. Si je me fixe un objectif, je fonce ! Et le travail ne me fait pas peur. Parce que là, il en faut beaucoup!

Vous avez pratiqué Ramatuelle en spectatrice. Quel effet de traverser le "quatrième mur"?
Nous en avons beaucoup parlé avec Philippe Lellouche et Patrick Chesnais, mes deux partenaires extraordinaires, qui connaissent bien le festival. Pour moi c’est l’endroit où sont passés les plus grands et j’y ai effectivement de grands moments côté public, donc c’est une chance de s’y produire. Même si j’ai un peu la pression. D’autant que le nombre de spectateurs est plus impressionnant qu’au Théâtre de la Madeleine où j’ai débuté.

Vous êtes tellement portée par le théâtre que vous enchaînez à la rentrée avec une autre comédie que vous avez répétée à Sainte-Maxime cet été avec Philippe et Matt Pokora. Premières impressions?
La configuration est différente au niveau du rôle puisque dans L’Invitation je reprenais un personnage déjà joué, alors que là nous sommes sur une création. Les dix jours de répétitions à Sainte-Maxime, sur la grande scène du Carré Gaumont, ont été des jours de construction, de mise en place... Voir comment je pouvais m’approprier le personnage, Charlotte, qui, pour le coup est complètement différent de celui de Catherine dans L’Invitation.

L’alchimie avec Philippe Lellouche fonctionne déjà. Comment vous êtes vous apprivoisés avec Matt Pokora?
Nous nous connaissions, mais pas dans le travail. En fait ça s’est très bien passé parce qu’on se ressemble beaucoup sur plein de points et nous avons les mêmes ambitions. C’est un gros bosseur, il a l’habitude de la scène, des placements, s’investit totalement dans cette nouvelle aventure, etc. Et surtout il a un talent naturel incroyable, donc ça marche!

 

Cela signe-t-il l’arrêt de mort de L’Invitation qui a fait salle comble jeudi à Ramatuelle?
Non car nous la reprendrons l’année prochaine en tournée avec déjà une trentaine de dates programmées.

Le théâtre est donc votre priorité absolue?
Ah oui, là pour l’instant je n’ai plus de temps pour autre chose! Je veux vraiment être à la hauteur de mes partenaires. J’ai besoin de prouver que je peux le faire.

Les vacances vont-elles être écourtées pour cause de nouvelles répétitions?
Je vais essayer d’en profiter encore un peu mais dès la fin août je serai à nouveau à fond, sur Paris cette fois.

Estelle a-t-elle encore des cordes à son arc que l’on ne connaîtrait pas?
Pas dans la chanson en tout cas. On oublie, je chante très mal! (rire)

Photo DR.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.