“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Dix candidats vont s'affronter aux Masters de piano de Monaco pour gagner 30.000€

Mis à jour le 01/10/2018 à 10:55 Publié le 01/10/2018 à 12:00
La candidate française en 2003.

La candidate française en 2003. Photo archives Franz Chavaroche

Dix candidats vont s'affronter aux Masters de piano de Monaco pour gagner 30.000€

Le concours international de piano débute ce mardi, Salle Garnier. Certains concurrents sont déjà des concertistes professionnels. Les prestations de la première journée sont gratuites pour le public.

Une grande compétition internationale s'ouvre demain. Elle n'aura lieu ni sur une piste, ni sur une pelouse, ni sur un stade, ni sur un ring. Mais sur un clavier. Dix concurrents se battront avec leurs seuls dix doigts à coup de sonates de Mozart ou de Beethoven - oui la musique qui adoucit les mœurs!

La compétition en question? Les Masters de piano. Autant dire les Jeux Olympiques de cet instrument.

L'inventeur de la compétition - le baron de Coubertin des Masters - s'appelle Jean-Marie Fournier. Ce pianiste niçois a créé l'épreuve, avec sa femme Chantal, il y a vingt-neuf ans.

Un seul lauréat

Cette compétition n'admet que des concurrents ayant été déjà primés dans d'autres concours internationaux. C'est un "concours des concours". La compétition est impitoyable: contrairement aux autres concours qui décernent plusieurs prix, elle n'attribue qu'une seule récompense, le Prix Rainier III de 30.000 euros.

Un seul lauréat, les autres à la maison! Un seul pianiste sur le podium, les autres… sur la touche! On n'a pas droit à la moindre fausse note, au moindre arpège incontrôlé. Et, en plus, on doit avoir une personnalité. Car ici, la performance ne se mesure pas aux points, aux coups, aux buts, ni à la vitesse. On ne recherche pas un chronomètre mais un maître!

Le jury sera présidé par quelqu'un qui, précisément, mérite au plus haut point le nom de "maître", Philippe Entremont. Au jury également, le grand pianiste niçois à la carrière internationale Philippe Bianconi, la pianiste géorgienne Elisso Bolksvade, "artiste pour la paix" de l'Unesco, la pianiste japonaise Akiko Ebi, le directeur du festival du Vigan Christian Debrus, cette personnalité musicale monégasque respectée de tous qu'est René Croési, ex-directeur du Philharmonique, ainsi que l'habituel "candide" - cette année, le coureur automobile Thierry Boutsen.

Dix candidats sont en lice, qui ont été sélectionnés à Moscou, Venise, Paris, âgés de 25 à 38 ans. Quatre Russes, un Biélorusse, un Italien, un Géorgien, un Belge et deux Français.

Capitale du piano

Certains sont déjà des concertistes professionnels. L'un des Français a déjà obtenu un « Choc de l'année » de la revue Classica pour son enregistrement intégral de l'œuvre de Brahms !

Les épreuves auront lieu en public dans la Salle Garnier, demain mardi à 10h, mercredi à 9h et samedi à 20h, l'épreuve finale se déroulant avec l'accompagnement du Philharmonique, la présentation toujours très attendue d'Alain Duault et une diffusion sur Radio Classique.

Pour une semaine, Monaco est la capitale du piano. Chi va piano va… à Monaco !


Savoir+
Salle Garnier, mardi, 10h, entrée libre. Mercredi 9h, 25 euros. Samedi 20h, de 20 à 200 euros (avec dîner de fin de compétition). Tél. +377.98.06.28.28.

Jean-Marie Fournier, fondateur-directeur des Masters de piano.	(DR)

La suite du direct