“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Deux expositions en une, de Fuad Kapidzic et Elena Di Giovanni

Mis à jour le 27/12/2018 à 05:16 Publié le 27/12/2018 à 05:16
Cette exposition de sculptures et peintures est la dernière de la programmation en cette Galerie.

Deux expositions en une, de Fuad Kapidzic et Elena Di Giovanni

Elle est sculptrice, il est peintre...

Elle est sculptrice, il est peintre... Elena Di Giovanni et Fuad Kapidzic exposent leurs œuvres en duo à la Galerie du Service culturel de Beausoleil jusqu'au 4 janvier 2019. Les artistes sont présentés par l'association « Epure », présidée par Christian Carbone, et c'est sans doute la dernière exposition en cette galerie, puisque la programmation d'expositions se poursuivra en 2 019 au sein du nouveau Centre Culturel « Prince Jacques ».

Elena Di Giovanni, sculptrice

En cire, en plâtre, en céramique, ou en bronze, Elena donne vie à ses sculptures en mouvement, empreintes d'émotions fortes qui ne laissent pas celui qui les regarde insensible : une connexion profonde se crée... « Lorsque je modèle un corps humain, j'essaie de montrer l'âme, les sentiments, et les forces qui l'animent. » explique Elena, qui travaille donc la matière pour toucher au plus près la réalité de l'expression des visages et des corps, toujours animée de ce désir : « Et si ma sculpture pouvait vivre, pouvait bouger, être en mouvement ? »… En tout cas, une forte énergie en émane.

Fuad Kapidzic, peintre bosniaque

Ses peintures sont reconnues dans les galeries du monde entier. Celles exposées à Beausoleil, expriment des visages des victimes de la guerre, animés de souffrances et de blessures, mais aux couleurs vives, créant un certain décalage : une expression d'effroi accentuée pour certains, et d'espoir pour d'autres.

Puis il y a ce piano, « le symbole de la lutte pour la paix, le célèbre piano de Sarajevo, se décline à l'infini... Tragique refuge d'une place dévastée, il devient l'instrument de l'espoir (...) » (Christian Carbone). Des pianos au milieu de nulle part, sont déclinés en différentes tailles et versions, aux touches de couleurs vives, des notes de vie (la musique) et d'espoir.

Les artistes ont reçu chacun la médaille de la Ville remise par le maire Gérard Spinelli.
Les artistes ont reçu chacun la médaille de la Ville remise par le maire Gérard Spinelli. S.I.

La suite du direct