"Cuisine Ouverte" de Mory Sacko samedi soir sur France 3 depuis la Chèvre d’Or à Eze

L’émission animée par le chef Mory Sacko, Cuisine ouverte, s’est rendue à Èze sur le site de La Chèvre d’or, avec Samuel Le Bihan en invité pour des recettes à base d’huile d’olive.

Mathieu Faure (mfaure@nicematin.fr) Publié le 17/09/2022 à 14:28, mis à jour le 17/09/2022 à 14:28
Mory Sacko et Samuel Le Bihan à La Chèvre d'or, à Eze, lors du tournage. Photo S. B. et M. F.

Lancée l’an dernier, l’émission Cuisine ouverte, de et avec le chef Mory Sacko, a connu un franc succès avec un concept simple: mettre à l’honneur l’héritage et la diversité de la cuisine française via un échange amical et inventif avec une personnalité locale et un professionnel du coin.

Ce samedi soir, Mory Sacko, jeune chef ultra-talentueux révélé par l’émission culinaire Top Chef et une étoile Michelin pour son établissement MoSuke ouvert à Paris en 2020, s’invite sur la sublime terrasse du Café du jardin de La Chèvre d’or à Èze, site exceptionnel et table raffinée tenue par le chef Arnaud Faye, double étoilé Michelin.

L’émission va s’intéresser à l’huile d’olive de la Côte d’Azur avec une personnalité locale puisque c’est l’acteur Samuel Le Bihan, qui a pris ses quartiers sur Nice depuis un moment, qui est l’invité de Mory Sacko.

Au cœur d’une semaine de tournage dans les Alpes-Maritimes, de Menton à Villefranche-sur-Mer, Mory Sacko a tenu à se lancer dans une belle aventure culinaire avec l’acteur du Pacte des loups: des fraises farcies à la pâte d’olives noires avec de la feta et du basilic. En fin d’émission, c’est le chef Arnaud Faye qui viendra déguster en personne le plat préparé par Mory Sacko et son commis Samuel Le Bihan. Une aventure culinaire collective. Pour Mory Sacko, cette balade gustative dans les Alpes-Maritimes fut une belle expérience…

 

Pour vous, quelle est la particularité de la gastronomie niçoise?

C’est une cuisine de produits. On trouve des produits tellement bons que l’on n’a pas besoin de trop les modifier ou d’ajouter des choses pour les sublimer. Ce sont des recettes sur lesquelles je pousse moins, j’ajoute moins d’influence car c’est une cuisine qui se suffit souvent à elle-même.

Il y a aussi des sites exceptionnels sur la Côte d’Azur, notamment La Chèvre d’or, à Èze, où vous avez tourné avec Samuel Le Bihan. Que vous inspire ce site?

C’est vrai qu’Èze a un panorama exceptionnel, ça donne presque le vertige (rires). C’est sans doute l’un des endroits les plus magnifiques où j’ai pu œuvrer dans Cuisine ouverte. La vue est à couper le souffle…

À quoi pensez-vous quand on vous parle de cuisine niçoise?

 

Jusqu’ici, je pensais à la socca. Maintenant je pense à la salade niçoise qui, ensuite, permet de dériver sur plein de choses différentes comme le pan-bagnat. C’est une recette qui permet de parcourir beaucoup de choses de manière gustative.

Les Alpes-Maritimes sont bercées par la mer et la montagne. En quoi est-ce un avantage?

Les cuisiniers locaux ont beaucoup de chance, entre la mer et la montagne, il y a des microclimats qui permettent à Menton, où est installé le chef Mauro Colagreco, d’avoir des bananes. À Èze, vous avez des figuiers qui sont déjà prêts au printemps, la saisonnalité n’est pas la même du coup. Et dès que l’on rentre dans les terres, il y a les oliviers par exemple, le maraîchage est exceptionnel et varié. Vous avez énormément de produits disponibles ici, sans oublier l’avantage d’être en face de la Méditerranée. C’est un endroit assez exceptionnel pour cuisiner.

Aimeriez-vous ouvrir un restaurant dans les Alpes-Maritimes?

J’adorerais. Rien que le temps d’un été, ça me ferait plaisir d’y travailler. Je prends beaucoup de plaisir à venir ici.

Quelles sont les particularités des chefs azuréens?

Les chefs sont particulièrement connectés à la nature ici: Marcel Ravin a son propre potager en plein Monaco, Arnaud Faye a plusieurs jardins… Tout le monde fait son propre maraîchage, ça semble évident pour eux, c’est du bon sens.

 

Cuisine ouverte, ce samedi, à 20h30, sur France 3.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.