“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

  • Et si vous vous abonniez ?

    Au quotidien, où que vous soyez, consultez le journal complet en ligne, dès 6h du matin.

    Abonnez-vous

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

"Camerata di Cremona" en concert à Saint-Jean

Mis à jour le 04/12/2015 à 05:01 Publié le 04/12/2015 à 05:01
Monaco-Matin, source d'infos de qualité

"Camerata di Cremona" en concert à Saint-Jean

Ce sera un concert « remarquable », annonce Giovanna Maragliano.

Ce sera un concert « remarquable », annonce Giovanna Maragliano. Un concert exceptionnel à plus d'un titre que : la commune de Saint-Jean-Cap-Ferrat accueille demain soir, à la Villa Éphrussi de Rothschild, « La Camerata di Cremona », sous la direction de Marco Fracassi avec Myriam Dal Don au violon.

« Crémone est la patrie des violons Stradivarius. C'est un hommage à cet instrument », explique l'élue déléguée à la culture.

Cet ensemble musical fondé en 1961 se produira dans le cadre romantique du patio de la villa de Rothschild. Il a acquis une renommée internationale en se produisant sur les plus prestigieuses scènes mondiales. Depuis 1982, il est dirigé par Marco Fracassi.

Dès 20 h 30, l'orchestre interprétera des œuvres d'Alessandro Marcello (Concerto en do mineur pour hautbois cordes) et d'Antonio Vivaldi (Les Quatre Saisons).

Ensuite, l'immense talent de la jeune soliste Myr iam dal Don nous donnera le privilège d'entendre les sonorités si émouvantes d'un « violon de la Shoah ». En effet, elle jouera sur un violon ayant appartenu à Eva Maria Levy. Cette jeune femme fut arrêtée et incarcérée en novembre 1943, avant d'être déportée à Auschwitz. Elle avait avec elle son violon et c'est sans doute grâce à son instrument qu'elle a eu la vie sauve. Elle fit partie du célèbre orchestre féminin créé dans le camp et dirigé par Alma Rosé, nièce du compositeur Gustav Malher. Eva Maria disparut en 1944 mais son frère, Enzo, lui aussi incarcéré à Auschwitz, réussit après la guerre à retrouver le fameux instrument et le fit restaurer.

Depuis, l'instrument est passé dans les mains de nombreux solistes et perpétue ainsi le souvenir des musiciens disparus.

Un souvenir qui résonnera samedi soir dans le patio Villa Éphrussi de Rothschild.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.