“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

C. Tourniaire: "L'académie doit s'ouvrir aux autres"

Mis à jour le 30/12/2011 à 16:12 Publié le 28/09/2011 à 07:13
Christian Tourniaire, nouveau directeur de l'académie de musique et de théâtre.	(Photo Eric Dulière)

C. Tourniaire: "L'académie doit s'ouvrir aux autres"

Christian Tourniaire a pris le 29 août le poste de directeur de l’Académie de musique et de théâtre. Il nous dévoile ses ambitions pour sa structure de quelque 900 élèves

Il a 45 ans et fut trompettiste solo avant de gravir les échelons des conservatoires en France. Christian Tourniaire vient de quitter son poste de directeur du Conservatoire à Rayonnement Départemental (CRD) de Gap pour prendre les rênes de l'académie de musique et de théâtre prince Rainier-III. Une nouvelle étape dans sa vie et pour la structure gérée par la mairie de Monaco, qui accueille un millier d'élèves de la Principauté et des communes limitrophes.

Votre arrivée marque-t-elle un tournant pour l'académie ?
Pas réellement. La structure dispose depuis 2008 d'une convention de Conservatoire à Rayonnement Départemental (CRD). C'est une excellente chose car les élèves de Monaco bénéficient d'équivalences en France. Mais cette validation, renouvelable, n'est donnée que pour six ou sept ans. Il s'agit donc d'être dans une phase de stabilisation et de développement. Il faut que Monaco ait le plus de points forts.

Envisagez-vous des changements dans l'enseignement ?
Le travail qui a été fait est une base qu'il ne faut surtout pas toucher. Les cursus sont ce qu'ils sont et répondent au cahier des charges d'une structure de type conservatoire. Je ne peux donc rien changer. Toutefois, je compte faire des propositions pour élargir l'offre actuelle et valoriser les disciplines spécifiques à Monaco (comme le déchiffrage ou l'improvisation). Je compte ainsi proposer des horaires aménagés pour les scolaires jusqu'au lycée et non plus jusqu'en troisième seulement. Je souhaite également que l'Académie s'ouvre à la danse ; ce qui nécessitera à terme le recrutement d'un professeur de danse.

Quels seront les changements visibles, à court terme ?
Je veux plus de communication ! L'académie doit s'ouvrir aux autres. Il s'y passe beaucoup de choses, c'est bien. Mais il faut le faire savoir. Cette démarche s'inscrit dans une volonté de communication la plus large possible. Je fais depuis quinze jours le marathon des institutions culturelles avec lesquelles je souhaite voir se monter des projets. Avant la fin de l'année, notre hall d'accueil devra disposer de toute la documentation sur toutes les offres culturelles en Principauté. Une lettre mensuelle en ligne et papier sera éditée pour les parents, les enfants, le personnel de l'académie et pour tous ceux qui cherchent des informations sur nos activités.

L'Académie n'impose-t-elle pas un cursus parfois trop contraignant pour les jeunes pratiquants amateurs ?
Un cycle peut se faire sur 3 à 5 ans, selon la motivation et les possibilités de chacun.

Quelles relations avez-vous avec les parents ?
J'ai rencontré le président des parents d'élèves de Monaco, Alain Dorato, avant que les cours ne reprennent. J'ai eu un accueil extraordinaire.

Pourtant, des parents d'élèves et des professeurs ont signé des pétitions contre le départ de votre prédécesseur Michel Crosset...
Je sais. Une page a été tournée. Je veux seulement travailler et avancer. Pour cela, je ne veux plus entendre parler du passé.

Votre style dans le travail ?
Je ne veux pas me retrouver tout seul dans mon bureau. Je veux écouter les souhaits, les projets des professeurs, des élèves, des parents pour canaliser les idées et travailler en équipe, dans le meilleur état d'esprit.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct