“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Boy George : Tout le monde est imparfait

Mis à jour le 17/11/2019 à 10:17 Publié le 17/11/2019 à 10:17
Depuis minot, Boy George a développé sa créativité en dessinant.

Depuis minot, Boy George a développé sa créativité en dessinant. Jean-François Ottonello

Boy George : Tout le monde est imparfait

Vendredi à Monaco, le chanteur du groupe culte Culture Club a inauguré son exposition de sérigraphies. Une autre facette de l’artiste excentrique, à découvrir jusqu’au 1er février

Chapeau rouge vissé sur un crâne tatoué, fard à paupières autour des yeux et visage blanchi par le maquillage, Boy George - né George Allan O’Dowd - n’a rien perdu de son allure extravagante. Ni de son franc-parler, d’ailleurs. Son visage subversif a bercé les années 80 avec ses tubes cultes Do You Really Want To Hurt Me, Karma Chameleon, Church of The Poison Mind, It’s a Miracle. Leader du groupe culte Culture Club - des dizaines de millions de disques vendus à leur actif - le chanteur tranchait avec sa personnalité fantasque et son style androgyne. Chantre de la libération homosexuelle et icône du glam rock, Boy George, désormais 58 printemps au compteur, a tout connu. La gloire avec son groupe multiculturel. La carrière solo, certes moins glorieuse. La descente aux enfers avec des excès et scandales judiciaires. Puis la renaissance. Culture Club s’est même retrouvé récemment en signant un sixième album, Life, et une tournée.

Vendredi à Monaco, au cœur de la galerie G & M Design, c’est dans un tout autre registre que l’on a retrouvé l’artiste. Une trentaine de sérigraphies - inspirées de l’univers de Keith Haring - où l’on retrouve des couleurs punchy, des traits grossiers, des visages. Aussi bien par l’abstrait qu’au travers d’un travail de précision à base de perles et de sequins. Une exposition à retrouver jusqu’au 1er février.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.