“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Barbara Moriani et la chorale Saint-Michel chantent Noël

Mis à jour le 27/12/2016 à 05:06 Publié le 27/12/2016 à 05:06
Accompagnée de la chorale Saint-Michel qu'elle dirige désormais, de Silvano Rodi, l'organiste de l'église Sainte-Dévote (Monaco), et de François Dujardin, aux tambourin et galoubet, Barbara Moriani a illuminé le concert de Noël.

Accompagnée de la chorale Saint-Michel qu'elle dirige désormais, de Silvano Rodi, l'organiste de l'église Sainte-Dévote (Monaco), et de François Dujardin, aux tambourin et galoubet, Barbara Moriani a illuminé le concert de Noël. M.-E.C.

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Barbara Moriani et la chorale Saint-Michel chantent Noël

Dimanche soir, Barbara Moriani, lumineuse soprano turbiasque, a transporté l'assistance de l'église Saint-Michel, bondée à l'occasion de son concert traditionnel de Noël organisé et offert par l'association de la paroisse.

Dimanche soir, Barbara Moriani, lumineuse soprano turbiasque, a transporté l'assistance de l'église Saint-Michel, bondée à l'occasion de son concert traditionnel de Noël organisé et offert par l'association de la paroisse. Barbara Moriani était accompagnée de Silvano Rodi, l'organiste de l'église Sainte-Dévote (Monaco), de François Dujardin, aux tambourin et galoubet, et, pour les chants traditionnels - provençaux et « Christmas Carols » - de la chorale Saint-Michel qu'elle dirige depuis un an.

« Aux victimes des attentats… »

« Nous allons chanter régional, annonce d'emblée l'artiste, de sa voix fraîche et juvénile. Et je dédie ce concert aux victimes des attentats de Paris et de Nice, au père Hamel, à Alep et ses habitants innocents. Que ce concert monte vers toutes ces personnes comme une prière remplie de joie, d'espoir et d'amour. »

Alors, sept enfants turbiasques, vêtus à la façon des anciens habitants de Bethléem, défilent un à un devant l'autel pour déposer un cierge, puis ensemble, présentent le concert. Il commence par des chants provençaux. Puis Barbara Moriani entame « L'air du froid » (Purcell) - une façon de s'échauffer la voix avant de tutoyer les coucous et rivaliser avec les rossignols sur un air provençal, la soprano réussissant alors à évoquer tout à la fois la gaîté des oiseaux dans la nature et la pureté d'une source. La première partie du concert se termine par des Christmas Carols.

Il reprend avec des chants provençaux et « Douce nuit » - les enfants joignent alors leurs voix au chœur. Suivront des morceaux instrumentaux, et des airs divers, jusqu'à ce que Barbara entame « C'est la plus belle nuit, depuis la nuit des temps… », la chanson de Charles Trénet qu'elle sublime, d'une voix lumineuse évoquant tout à la fois la douceur, une force vibrante et quelque chose de la pureté et du bonheur uniques à l'enfance. Ce n'est pas la fin du récital mais l'assemblée tout entière, bouleversée, se lève pour l'ovationner. Suivront encore « Minuit chrétiens » et avec la chorale, les enfants et toute l'assistance, « Douce nuit ».

C'était une soirée et un concert à la douceur infinie.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.