“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

  • Et si vous vous abonniez ?

    Au quotidien, où que vous soyez, consultez le journal complet en ligne, dès 6h du matin.

    Abonnez-vous

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Avec le LAB, plongée dans les coulisses de la Villa Sauber

Mis à jour le 01/12/2015 à 08:21 Publié le 01/12/2015 à 08:21
Dans le LAB, le musée met en avant ses missions. Ici : « inventorier ».
Je découvre la nouvelle offre abonnés

Avec le LAB, plongée dans les coulisses de la Villa Sauber

Le Nouveau musée national de Monaco lance le « LAB », un nouveau modèle d'exposition interactif et pédagogique pour réfléchir, avec le public, au musée de demain

C'est une façon humoristique de dire que nos budgets ne nous permettent pas de faire deux grosses expositions dans l'année… C'est aussi un moyen de montrer qu'on aurait besoin de plus d'espace pour toutes nos collections. C'est alerter sur la nécessité de restaurer cette villa, de la rendre accessible aux handicapés. C'est transmettre. Être à l'écoute du public. Mettre en valeur ce riche patrimoine national… »

Marie-Claude Beaud n'y va pas par quatre chemins. Ou plutôt si. Justement. En passionnée qu'elle est, la directrice du Nouveau musée national de Monaco (NMNM) aime les digressions. Et elle est intarissable sur la dernière proposition du musée : le « LAB ». Un nouveau modèle d'exposition, un laboratoire. Une sorte de « plateforme d'échanges et de rencontres » qui accueille le public gratuitement, du jeudi au dimanche, jusqu'au 20 mars 2016 à la Villa Sauber.

Missions du musée

Dans ce « LAB », qui présente de manière originale différentes collections du NMNM mêlées à des pièces inédites, le visiteur est également invité à redécouvrir les différentes missions du musée.

Inventorier, conserver, exposer, transmettre, communiquer, interpeller. Ce « Lab », et c'est le sous-titre de l'événement, fait plonger le public dans « les coulisses du musée d'art de Monaco ». On se laisse ainsi guidé, d'une présentation des derniers costumes portés par Joséphine Baker en Principauté donnés par la SBM, à la collection d'automates de Madeleine de Galéa, en passant par des archives de Serge Lifar acquise et donnée par le Palais princier. On découvre également une installation imaginée par les étudiants du Pavillon Bosio à partir de l'œuvre de Vito Acconci, ou une vidéo de l'artiste britannique Martin Creed.

Et tout au long de ces visites, qui seront menées par des médiateurs et ponctuées de rencontres (lire ci-contre), le public est invité à donner son avis, exprimer ses attentes. Et finalement, à participer à la grande réflexion qu'ont entamée les lieux d'exposition comme le NMNM : « Quel musée pour demain ? ».

Dans chaque espace, le public est invité à découvrir des œuvres mais aussi à discuter, quand ils sont là, avec ceux qui travaillent dans les coulisses du musée. Ci-dessus : on inventorie de nouvelles pièces, celles issues d'une collection de Serge Lifar donnée par le Palais.
Dans chaque espace, le public est invité à découvrir des œuvres mais aussi à discuter, quand ils sont là, avec ceux qui travaillent dans les coulisses du musée. Ci-dessus : on inventorie de nouvelles pièces, celles issues d'une collection de Serge Lifar donnée par le Palais. Michael Alesi
Des costumes de Joséphine Baker donnés par la SBM au NMNM, présentés dans un boudoir réaménagé. Ici, la mission « exposer ».
Klaus Lorenz répare les automates de la collection de Madeleine de Galéa.
Les pièces sont présentées dans le LAB sans mise en scène en particulière, dans un esprit de « réserves ouvertes ».

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.