“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

"Avec la Covid, les gens ont besoin de légèreté". Estelle Denis décortique le succès de son émission sur la chaîne l'Equipe

Mis à jour le 02/03/2021 à 15:17 Publié le 02/03/2021 à 18:00
"Notre matière première, c’est le sport, c’est quelque chose de gai, qui donne des émotions."

"Notre matière première, c’est le sport, c’est quelque chose de gai, qui donne des émotions." Photo Sébastien Boué

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

"Avec la Covid, les gens ont besoin de légèreté". Estelle Denis décortique le succès de son émission sur la chaîne l'Equipe

À la tête d’une quotidienne depuis 2017 sur la chaîne L’Équipe, l’ancienne animatrice à succès de 100% foot sur M6 continue de rassembler les téléspectateurs avec une recette qui lui ressemble: bienveillance et humour. Et ça marche puisque les audiences ont doublé en un an.

Chaque semaine qui passe l’émission animée par Estelle Denis sur la chaîne L’Équipe entre 17h30 et 19h45 gratte de l’audience. De 260.000 téléspectateurs en moyenne en 2020, L’Équipe d’Estelle vient de grimper à plus de 410.000 en moyenne courant février.

Une juste récompense pour l’animatrice qui, depuis le lancement de son émission en 2017, prend un plaisir immense à aborder l’actualité du football sous un ton décalé et bienveillant.

Une légèreté que l’on doit beaucoup à la maîtresse de cérémonie qui a retrouvé, dans l’atmosphère de l’émission, ce qu’elle avait réussi à instaurer avec 100% foot entre 2005 et 2008 sur M6 où sa liberté de ton avait fait de cette émission une vraie tranche de rigolade autour du football.

Pour quelqu’un qui ne connaît pas l’émission, comment définir l’ADN de l’émission?
On décortique quotidiennement l’actualité du football avec une pointe d’humour et un ton décalé. On est bienveillant, on aime se marrer tout en proposant des débats très sérieux sur les thématiques du football.

Les audiences ne cessent d’augmenter, comment l’expliquez-vous?
Avec la crise sanitaire, les gens ont plus que jamais besoin de légèreté. Notre matière première, c’est le sport, c’est quelque chose de gai, qui donne des émotions. J’imagine que la manière dont on traite ça, notre ton, y est pour beaucoup. On rigole vraiment et il y a des pastilles comme le nouveau zapping ou la petite lucarne de Pierre-Antoine Damecour qui commence clairement à être identifiée.

Avez-vous dû adapter l’émission à la crise sanitaire justement?
Les matches de football ont toujours lieu, ils sont à huis clos mais ils se déroulent; donc on a toujours notre matière première pour l’émission.

Quel est votre rôle au sein de l’émission?
Je suis là pour mettre de l’ambiance et pour m’assurer que la mayonnaise prend. C’est une émission avec beaucoup de personnalités différentes, je sais comment chacun fonctionne et il faut surtout jongler avec les emplois du temps et les dispositions de tous. J’ai des rigolards comme Nabil Djellit mais aussi des chroniqueurs plus sérieux comme Dominique Grimault. C’est une alchimie. Ce n’est jamais une émission agressive, on peut s’engueuler mais il faut savoir rester courtois. ça n’a jamais dégénéré en plateau.

Cette émission, c’est un peu votre bébé.
Elle porte mon nom, même si ce n’est pas mon idée, mais c’est un bébé que l’on partage, il a beaucoup d’oncles et de tantes. Je ne suis pas non plus la Reine mère, on fait cette émission de manière collective, c’est la force de ce programme.

Vous avez aussi beaucoup de liberté dans le ton.
C’est ce qui comptait le plus quand j’ai accepté. On a le droit d’essayer des choses, de se tromper et de tourner la page si ça ne marche pas. J’avais vraiment besoin de cette liberté, de cette légèreté. J’ai eu la sensation de retrouver ce que je faisais sur M6 avec 100% foot. C’est comme une petite famille, on évolue avec le temps. On a un nouvel habillage, un nouveau générique, on est toujours à l’affût de nouveaux talents, on regarde, on essaie de voir qui pourrait faire une deuxième chronique dans la semaine.

Le quotidien L’Équipe a connu une grève importante en janvier, comment l’avez-vous vécue?
C’était très difficile. C’est un groupe avant tout, c’est dur de voir que les copains du journal vont mal, ça fait trente ans que je lis ce journal tous les jours... C’est le seul quotidien sportif de France et l’apport des journalistes à l’émission est vital et primordial. Le quotidien nous a vraiment manqué pendant quinze jours.

Savoir+
L’Équipe d’Estelle. Du lundi au vendredi de 17h30 à 19h45 sur La chaîne L’Équipe.

 
Estelle et Raymond

Compagne de Raymond Domenech, ancien sélectionneur des Bleus entre 2004 et 2010 et éphémère entraîneur du FC Nantes pendant deux mois, Estelle Denis a toujours traité l’actualité sportive de sa moitié avec humour, notamment quand celui-ci était en plateau en tant que consultant.

"J’ai un côté schizophrène, avec beaucoup d’autodérision. Je l’ai toujours considéré comme mon consultant quand il était sur mon plateau, que ce soit à M6 ou sur L’Équipe. J’ai toujours eu l’habitude de dissocier les deux. ça reste du football, il y a plus grave que de traiter son actualité, qu’elle soit heureuse ou malheureuse et heureusement que l’on réussit à en rire".

 

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.