“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Artcurial fait le grand

Mis à jour le 17/07/2017 à 05:10 Publié le 17/07/2017 à 05:10
De la rivière de diamants à la broche en forme de crevette, la gamme est large

De la rivière de diamants à la broche en forme de crevette, la gamme est large Jean-François Ottonello

Artcurial fait le grand

Tandis que les vacations estivales de prestige débutent aujourd'hui à l'hôtel Hermitage de Monaco, la célèbre maison procédait, hier, à la vente caritative de street-art organisée sur le quai Albert-1er

C'est une bonne cuvée que celle de 2017, et si l'on en croit le nombre de visiteurs qui sont venus depuis l'ouverture de l'exposition, c'est plutôt encourageant » annonce tout sourire François Tajan, le patron d'Artcurial. La célèbre maison d'enchères prend ses quartiers d'été sous les lambris Belle époque du très cossu hôtel Hermitage, pour des ventes exceptionnelles.

« Les gens viennent parfois de très loin. J'ai une cliente chinoise qui vient spécialement pour acheter pour son compte et celui de ses clients collectionneurs de Hong-Kong et de Pékin » explique-t-il. Monaco est formidablement associé à cette idée de luxe. Dire qu'on va vendre un bijou à Monaco, c'est un argument de poids pour décider un vendeur à nous confier son bijou. Ici, on rencontre tout un tas de clients internationaux qui ne sont pas ceux qui fréquentent nos ventes parisiennes. »

Sac Grace Kelly

Alors ce ne sont pas moins de 550 bijoux, 270 montres et 90 sacs Hermès qui ont fait le déplacement depuis la capitale française.

Le gros de la vente se concentrera sur les bijoux : « Nous avons une offre large qui va des bijoux anciens aux bijoux totalement contemporains, en passant par le XIXe, l'Art-déco, les années cinquante et soixante. Tout y passe. Deux pièces magnifiques sont plus particulièrement intéressantes : une rivière de diamants taille ancienne, véritablement étincelante, et un collier en diamants et saphirs cabochons », détaille Julie Valade, directrice du département joaillerie.

Toute l'année, Pénélope Blanckaert, directrice du pôle « Hermes vintage et fashion arts », repère les sacs qui seront vendus ici : les colorés, les blancs, les crocos, les pièces de défilé…, dont certains seront mis en vente pour quelques centaines d'euros seulement, et que les clientes d'ici osent porter bien plus qu'à Paris. Ou encore ce sac à l'effigie de Grace Kelly, offert à la princesse Stéphanie, et qu'elle a autographié.

Figures locales

Du côté des montres, parmi les 270 pièces présentées, quelques trésors, comme cette montre gousset érotique de la fin du XVIIIe siècle, ou une collection ayant appartenu au sculpteur niçois Arman.

« C'est une collection très hétéroclite, qu'Arman a beaucoup portée. Il en a profité, il les a aimées, il a travaillé avec, il a sculpté avec. Elles ont fait partie de sa vie », glisse Marie Sanna, directrice du pôle Montre.

Sur la moquette grenat du palace, Arman côtoiera un autre artiste de l'École de Nice : des œuvres originales de César, issues de la collection de l'avocat marseillais Paul Lombard sont exposées, en prévision d'une vente qui aura lieu en octobre prochain.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct