“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Après le Théâtre antique d’Orange, le Palais princier

Mis à jour le 17/07/2019 à 10:10 Publié le 17/07/2019 à 10:10
Le Philharmonique à Orange, le week-end dernier.

Le Philharmonique à Orange, le week-end dernier. Chorégies d’Orange

Après le Théâtre antique d’Orange, le Palais princier

Le Philharmonique de Monte-Carlo investit demain soir la cour d’honneur du Palais avec le chef qui vient de diriger le concert de la Tour Eiffel devant 3,1 millions de téléspectateurs !

Très monégasque était, vendredi dernier, l’opéra Guillaume Tell que 9 000 personnes ont applaudi debout au Théâtre antique d’Orange : la mise en scène était de Jean-Louis Grinda, directeur de l’Opéra de Monte-Carlo, l’orchestre était le Philharmonique de Monte-Carlo et le chef d’orchestre était Gianluca Capuano, qui est le chef des Musiciens du Prince (l’orchestre formé en Principauté par Cecilia Bartoli).

Dès le début du spectacle, l’orchestre monégasque a fait résonner la fameuse ouverture de Rossini, dont la sonnerie, célèbre entre toutes, a servi de mille indicatifs à la radio, à la télé ou dans les pubs.

Ravel et Debussy

À peine remis de ses exploits à Orange, le Philharmonique va se lancer dans la saison d’été des concerts du Palais Princier. Elle débutera sous la direction d’un des chefs d’orchestre les plus médiatiques du moment, Alain Altinoglu, que 500 000 spectateurs et 3 100 000 téléspectateurs français ont apprécié, dimanche soir, 14 juillet, au pied de la Tour Eiffel, lors du « Concert de Paris » retransmis sur France 2 et dans dix pays européens.

Il dirigera ce jeudi à Monaco un programme Ravel-Debussy. De Ravel, on entendra Shéhérazade et la Rhapsodie espagnole ; de Debussy, une succession d’extraits de son opéra Pelléas et Mélisande qu’Alain Altinoglu a lui-même rassemblés pour constituer une suite symphonique.

Piano romantique

Les concerts du Palais, qui demeurent l’un des plus beaux événements musicaux de l’été dans notre région, se dérouleront jusqu’au 4 août. Les pianistes solistes y auront la part belle.

Le virtuose russe Nikolai Lugansky interviendra le 25 juillet dans un répertoire dans lequel il excelle, le 3e concerto de Rachmaninov. Le pianiste brésilien Nelson Freire, qui est une sorte de légende vivante, jouera le 28 juillet le 4e concerto de Beethoven. Ce concert, qui sera dirigé par Kazuki Yamada, sera repris deux jours plus tard au festival de la Roque d’Anthéron.

Le pianiste Gerhard Oppitz, qui est sans doute le meilleur pianiste allemand de sa génération, interprétera le 1er août, sous la direction de Gianluigi Gelmetti, le 21e concerto de Mozart - œuvre dont le sublime thème de l’andante, souvent repris dans des musiques de film, est l’un des thèmes les plus connus de la musique classique.

Szymon Nehring, gloire montante du piano polonais, ayant remporté le prix du public lors du concours Chopin à Varsovie en 2017, jouera, lui, le 4 août, le 2e concerto de Chopin sous la direction de Lawrence Foster.

Toute une gamme de piano romantique sous le ciel étoilé de la Principauté…


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct