Rubriques




Se connecter à

Antibes, Nice, Porquerolles... sur les traces du catalan Jaume Plensa

L’artiste de 66 ans est à l’origine de la création de plusieurs sculptures, qu’il est possible d’admirer sur trois sites du sud-est de la France. Gros plan sur ces trois créations.

Killian Chapus Publié le 11/06/2022 à 10:31, mis à jour le 11/06/2022 à 10:24
L’artiste catalan expose en ce moment au musée Picasso d’Antibes. (Photo Sébastien Botella)

Immense. C’est sans aucun doute ce qui convient le mieux pour définir la carrière de Jaume Plensa. Cet artiste espagnol, dont la renommée est internationale, s’illustre depuis les années quatre-vingt, notamment dans le monde de la sculpture.

Chacune de ses œuvres fait sensation. Il les expose dans de très nombreux pays du monde, dont la France, qui en possède six en métropole. La Côte d’Azur est aussi habillée de trois de ses créations. Pour fêter les quarante ans de la carrière de Plensa, le musée Picasso d’Antibes propose une grande rétrospective du travail de l’artiste. L’occasion de s’arrêter sur l’impact de son art sur la Côte d’Azur.

Plensa s’invite dans la cité des Remparts

Le Nomade à Antibes: le lieu le plus photographié de la commune. FRANTZ BOUTON.

Arrivée une première fois en 2007 sur une période qui n’était que provisoire, la mairie a souhaité conserver l’œuvre, qui était alors réservée par une autre personne. Il a donc fallu faire revenir le Nomade pour la modique somme de 100.000 euros, de quoi faire grincer les dents des Antibois.

Depuis, la statue de huit mètres de haut qui regarde vers la mer fait partie intégrante du décor, à tel point qu’elle est le site le plus photographié d’Antibes.

 

Le Nomade est même devenu l’une des têtes d’affiche du tourisme antibois, et participe à attirer des visiteurs en quête de poésie, le tout en bord de mer.

La place Masséna de Jaume Plensa

Conversation à Nice: mythique sur la place Masséna. NAËL OTTONELLO / NICE MATIN.

C’est un incontournable pour tout bon touriste de passage à Antibes. Le Nomade, œuvre poétique composée de centaines de lettres est devenue la vraie coqueluche des visiteurs. Pourtant, il faut dire qu’à sa création, il n’était pas aussi bien vu.

Difficile d’évoquer l’œuvre de Plensa sur la Côte, sans parler de "Conversation à Nice". Dans la même position accroupie que le Nomade, ce sont sept hommes trônant fièrement au milieu de la place Masséna. Ils s’éclairent de couleurs différentes quand la nuit tombe. Parfois comparés à Bouddha, ils culminent à plus de douze mètres de haut.

Métaphore des sept continents, ils incarnent la recherche perpétuelle de poésie de la part de Jaume Plensa. Pour autant, cette œuvre s’intègre parfaitement dans le paysage urbain, puisqu’elle a été pensée en 2007 pour refaire une beauté au trajet de la ligne 1 du tramway de la ville.

Quinze ans plus tard, cette création fait incontestablement partie des visages de la place Masséna.

 

Les trois têtes de Porquerolles

La dernière sculpture que Plensa a conçue pour la Côte d’Azur n’est autre que "Les trois alchimistes". Ils sont nichés au beau milieu de l’île de Porquerolles, au large de Hyères. Ce sont trois statues présentes au sein de la fondation Carmignac. Si ces œuvres semblent faire partie du paysage depuis des siècles, entourée d’une nature luxuriante, elles sont pourtant très récentes. Elles ne sont arrivées qu’en 2018, preuve que l’amour que porte Plensa à la Côte est bien pérenne. C’est la dernière création en date que le catalan a réalisée pour la région.

A sa manière, Jaume Plensa participe activement à la mise en lumière des territoires azuréens. En implantant ces conceptions, il valorise le paysage et permet au tourisme de s’offrir un nouveau souffle. Les visiteurs du monde entier se pressent en France pour les découvrir, de quoi booster toute une économie locale.

La Côte n’est pas la seule à avoir la chance d’être parée des œuvres de Plensa puisque l’on peut également en trouver à Bordeaux ou encore à Lyon.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.