Rubriques




Se connecter à

Ambassadeurs princiers de la prévention et des secours Concert éblouissant de Sting au Yacht-club Découvrir, tester, recruter au Forum des associations

La famille princière a participé à la Journée mondiale des Premiers secours organisée, hier, par la Croix-rouge monégasque. Portant un message clair : « Pas besoin de permis pour sauver des vies ! » La YMC Marina s'est transformée en théâtre à ciel ouvert et a accueilli quelque 2 000 invités pour une soirée unique et déjà mémorable avec les plus beaux titres du chanteur britanniqueHier, des milliers de personnes ont convergé vers le palais de l'Europe et les jardins Biovès pour la septième édition de ce rendez-vous. 137 associations ont pu présenter leurs activités

Joëlle DevirasThibaut Parat Publié le 09/09/2018 à 05:01, mis à jour le 09/09/2018 à 05:02
Les enfants du couple princier ont parcouru tous les stands du chapiteau.
Les enfants du couple princier ont parcouru tous les stands du chapiteau.

Il n'y a pas d'âge pour sauver des vies et encore moins pour acquérir les bons réflexes. Ces précieux conseils qui, en cas d'urgence, permettent de prodiguer les premiers secours. Quelques postures et manœuvres parfois si simples mais ô combien décisives quand survient un drame.

Hier, c'est le Tout-Monaco, à commencer par ses services de sécurité et de secours, qui était ainsi réuni sous le chapiteau de Fontvieille, à l'initiative de la Croix-rouge monégasque (CRM), pour participer à la Journée mondiale des Premiers Secours.

« Douze partenaires opérationnels sont présents sur l'aspect secours et aussi sécurité, puisque cette année des ateliers sont dédiés à la sécurité routière », précisent Marie-Cécile Vanmoen et Claude Fabbretti, responsables de la Section secourisme de la CRM. « Nous avions déjà formé 200 personnes en une après-midi lors de la dernière No Finish Line et, aujourd'hui (lire hier), près de 300 personnes sont déjà venues », se félicitent les secouristes.

 

Au milieu des uniformes des Carabiniers, sapeurs pompiers et agents de la Sûreté publique, des citoyens lambda, de tous âges, mais surtout beaucoup d'enfants guidés par des parents soucieux de les convertir aux gestes d'urgence.

Une volonté partagée au sommet de l'Etat puisque le couple princier, lui-même, est venu donner l'exemple en accompagnant le prince héréditaire Jacques et la princesse Gabriella sur tous les stands.

Des mannequins à emporter

Les jeunes enfants du prince Albert et de la princesse Charlène ont notamment pu assister à des démonstrations de réanimation sur des mannequins que chaque participant pouvait ramener à la maison pour peaufiner sa formation (*).

 

La princesse Charlène, déjà très engagée sur le front de la prévention au travers du programme de prévention de la noyade porté par sa Fondation, a pris le temps d'échanger avec nombre de bénévoles, tout en gardant un œil sur ses enfants, à leur aise dans l'espace dédié aux 3-10 ans et axé sur la prévention routière.

Des enfants récompensés au terme de chaque apprentissage, comme sur le stand de la CRM. « Ils passent un passeport Premier Secours en apprenant cinq gestes. Et il y a aussi un atelier prévention avec cinq techniques clés à maîtriser. Ensuite on leur offre des bracelets rétroréfléchissants, une trousse de secours, une lampe torche… », résume Marie-Cécile Vanmoen.

3 500 victimes de la route par jour

À deux pas, le capitaine de la Sûreté publique, Frédéric Aznar, anime avec ses collègues un parcours à vélo pour sensibiliser au Code de la Route. Code que les plus grands peuvent d'ailleurs repasser (à blanc) sur le stand du service des Titres de circulation. Services publics comme associations (Moto Club de Monaco) œuvrant de concert.

Avant de se lancer dans un crash-test sur un banc d'essai, sous les yeux ébahis de leurs enfants, le couple princier a également posé pour les photographes avec des pancartes au message clair. « Vous n'avez pas besoin de permis pour sauver des vies ! »

 

Un appel à la prise de conscience du grand public qui fait directement écho à la campagne de la Fédération internationale de l'Automobile (FIA) à l'entrée du chapiteau. Un manifeste intitulé « 3 500 vies », comme le nombre de victimes d'accidents de la circulation chaque jour dans le monde, et soutenu par pléthore de stars mondiales du sport (Antoine Griezmann, Rafael Nadal…), de la musique (Pharell Williams) ou encore du cinéma (Patrick Dempsey).

Autant d'autres ambassadeurs pour une cause qui n'en aura jamais assez.

Nous avons beaucoup de chance d'être là ce soir. » En préambule au concert privé de Sting, Bernard d'Alessandri a pris le micro, vendredi soir, devant près de deux mille invités. Nous ne savions pas encore combien le secrétaire général du Yacht-club de Monaco, qui avait assisté aux répétitions de Sting dans l'après-midi, avait raison.

Monaco sait créer la magie avec quelques événements exceptionnels. Des moments rares, plutôt même très rares, qui conjuguent talent, savoir-faire, esprit de fête et art de vivre. La soirée organisée par le Groupe Ferretti, en collaboration avec le Yacht-club de Monaco et Maserati, fait partie de ces moments-là qui deviennent aussitôt mémorables.

Sur une scène flottante montée sur le quai de la marina, Sting est apparu devant près de deux mille invités et l'éblouissement a duré une heure et demie. Son concert, baptisé Fields of Gold, a enchaîné les titres à succès de sa longue carrière artistique. Il a démarré avec English man in New York, puis Fields of Gold, Fragile, Roxanne

Le meilleur du meilleur de Sting en quelque sorte avec, de surcroît, un chanteur qui n'en finit pas d'être à l'apogée de son talent. Les années Police sans nostalgie avec un artiste d'une élégance et d'une voix portées au plus au sommet que le lieu a su mettre parfaitement en valeur.

 

« À la lumière de la profonde estime et admiration que j'ai pour cet artiste unique, je suis fier que Sting soit le protagoniste principal de notre rendez-vous annuel à Monte-Carlo », a souligné Alberto Galassi, p.-d.g. du Groupe Ferretti.

Et à minuit pile, Sting a quitté le plateau pour monter sur le bateau amarré à l'arrière-scène. Et le chanteur a repris le large. Un enchantement.

Ici et là, des tracts vantant les atouts des associations. Plus loin, une vidéo promotionnelle bien léchée. Sur l'estrade plantée en plein cœur des jardins Biovès, les démonstrations s'enchaînent. De la capoeira, des danses du monde, de la chanson française ou encore une séance de bien-être. Hier, la Ville et le Centre communal d'action sociale inauguraient la 7e édition du Forum des associations.

Et il faut croire que la manifestation se porte bien tant le vaste palais de l'Europe semblait étriqué pour accueillir le tissu associatif local. Sur près de 200 associations existantes sur le territoire mentonnais, 137 avaient pignon sur rue.

« La qualité de vie d'une ville dépend de plusieurs facteurs : la richesse, la densité et le dynamisme du tissu associatif en est un », confie Jean-Claude Guibal, maire de Menton, dans son discours d'inauguration. Rappelant, au passage, le budget annuel consacré aux subventions : aux alentours de 780 000 euros.

« Cela nous fait prendre conscience qu'il s'en passe des choses à Menton. Cela brise certains clichés et incite les personnes à faire des activités », souffle Séverine Piana qui vient tout juste d'inscrire sa fille à la natation.

« Toujours besoin de bénévoles »

 

Pour les présidents, c'est l'occasion d'étoffer les effectifs ou de recruter des bénévoles, dont la carence se fait parfois sentir pour faire tourner la « boutique ».

Au Menton Beach & Volley-ball club, le forum entraîne chaque année la signature d'« une dizaine de nouveaux joueurs, sans compter les retombées du bouche-à-oreille ». Pour la Croix-Rouge locale, « en une heure, sept personnes se sont déjà inscrites pour la maraude, confie, satisfaite, Khadra Guillot, responsable du pôle social. On a toujours besoin de bénévoles car le nombre de démunis croît. Et lorsqu'ils prennent la décision d'adhérer, ils honorent toujours leur engagement. »

Autre vertu de l'association largement citée au gré des allées : un rempart, un remède même, contre l'isolement « A Menton, personne ne peut souffrir de la solitude, a moins de la choisir », assure le maire. Avant que Patricia Martelli, vice-présidente du CCAS, ne glisse ce conseil à la foule : « Amusez-vous, riez, chantez, criez, bougez, lâchez prise, gardez la joie de vivre et peut-être à ce moment-là, comme dirait Spinoza, vous vous sentirez éternel. »

Un concert privé durant lequel Sting a repris ses plus grands succès.
Un concert privé durant lequel Sting a repris ses plus grands succès.
Démonstration de danse devant le palais de l'Europe.
Démonstration de danse devant le palais de l'Europe. Jean-François Ottonello.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.