Rubriques




Se connecter à

Amadeo Turello capte la femme de Monaco Un projet audacieux initié par Louisette Levy-Soussan Azzoglio

Pour le projet « Naked Soul », le photographe a travaillé avec seize femmes de la Principauté pour constituer un calendrier et une exposition qui seront dévoilés le 8 mars

CEDRIC VERANY Joëlle Deviras Publié le 07/03/2019 à 10:10, mis à jour le 07/03/2019 à 10:10
Le photographe a organisé un shooting professionnel pour mettre en valeur ses modèles.
	(Making of images par Jim Martin)
Le photographe a organisé un shooting professionnel pour mettre en valeur ses modèles. (Making of images par Jim Martin)

Il a photographié les plus iconiques des actrices et des top models. Et même le couple princier en 2010, pour le cliché officiel de ses fiançailles. Depuis quelques décennies, Amadeo Turello observe le monde de la mode et capte les courbes des mannequins, l’œil derrière son objectif.

À l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, c’est à un exercice nouveau qu’il s’est prêté. Celui de réaliser un calendrier avec pour modèle des femmes de la Principauté. Des « madame-tout-le-monde » ou presque, de diverses nationalités, résidentes à Monaco et membres du Club des résidents étrangers de Monaco, le CREM (1), pour suivre l’impulsion donnée par la présidente, Louisette Levy-Soussan Azzoaglio, qui a embarqué le photographe dans cette aventure.

Authentique

 

Elles sont 16 à avoir accepté le projet baptisé « The naked soul ». Littéralement, l’âme à nu. Un concept porté par la volonté de mettre en avant la féminité de toutes ces mannequins d’un jour, en sortant des diktats de la beauté classique.

Certes, il y a de belles tenues, du maquillage et brushing pour les modèles, shootées cet automne à l’hôtel Hermitage. Mais le photographe défend sa vision. Celle de mettre en avant des femmes qu’on ne voit pas d’ordinaire sur papier glacé.

« Notre société aujourd’hui fait disparaître la femme de 50 ans qui ne correspond pas à des standards de beauté imposés. C’est pourtant intéressant de noter comment la libération de l’image de la femme est allée de pair avec l’avènement de la photographie, alors qu’à la Renaissance, et plus tard dans l’histoire de l’art, on a souvent représenté les femmes comme des madones », explique le photographe qui, via ce projet, veut faire avancer son idée de faire tomber les barrières de l’esthétique. Pour les femmes mises en valeur dans Naked Soul, il a prôné l’authentique et le besoin de vérité.

« La beauté, c’est subjectif, il y a besoin de définir de nouveaux standards. » Dans son panthéon personnel, Amadeo Turello mettrait le curseur de la beauté classique sur l’actrice Audrey Hepburn captée par l’objectif de Richard Avedon. Souvent en noir et blanc. Comme il a photographié son casting monégasque, d’ailleurs.

Mettre en confiance

Pour un professionnel de l’image habitué à travailler avec des modèles qui savent apprivoiser la caméra, l’exercice n’a pas été simple.

 

« J’ai travaillé avec elles comme j’ai pu travailler avec Nicole Kidman par exemple. J’ai rencontré chaque participante en amont pour parler du projet. Certaines étaient très nerveuses la veille du shooting. Avec l’équipe, nous avons dû les mettre en confiance. Et à chaque fois, je dois dire que cela a été une expérience humaine intense. »

Entre deux séances, le photographe les a amenées à se livrer face caméra, pour un documentaire en cours de production. « Chacune s’est mise à nu, s’ouvrant au dialogue pour montrer son côté battant mais aussi ses failles. Ce sont des témoignages très forts. »

Avant le documentaire, c’est en images que le projet sera visible. Les seize portraits sont exposés à la galerie G & M Design, que Lady Tina Green a mis gracieusement à la disposition du CREM, du 8 au 10 mars. Et la totalité des recettes de la vente du calendrier (100 euros l’exemplaire) sera reversée à la Fondation Prince Albert II pour soutenir des projets liés aux femmes, au Tchad et en Guinée.

S’il y en a une qui incarne l’image de la femme libre à Monaco, c’est bien Louisette Levy-Soussan Azzoglio. Elle a autant de noms que de vies, d’histoires, de passions. Elle n’est pourtant qu’elle-même : une femme dynamique, engagée et irrésistiblement libre et moderne. Celle qui a mis toute son énergie au service de Monaco - elle a notamment été l’assistante personnelle de la princesse Grace durant près de vingt ans - n’en finit pas d’agir. Presque virevoltante avec, tout à la fois, l’intelligence, la compréhension et la sagesse de son âge. En leggings et bottes de cuir, les vitres de sa Smart grandes ouvertes pour que sa chienne garde le nez au vent, elle va, sans cesse, ici et là, partout.

Présidente d’Action Innocence pour lutter contre les dérives d’internet auprès des jeunes, présidente du Club des résidents étrangers de Monaco (CREM), Louisette - comme tout le monde l’appelle ici - maîtrise, mieux que quiconque, les codes mondains du pays et sait initier des projets audacieux, comme le calendrier « The Naked Soul » signé Amadeo Turello qui a photographié seize femmes de 50 à plus de 80 ans (lire ci-dessus).

« Ce sera un calendrier du 8 mars 2019 au 7 mars 2020 », lance-t-elle, amusée. Qu’à cela ne tienne ! Plus de 2000 ans après la naissance du calendrier julien qui fait démarrer l’an le 1er janvier, après les agendas qui commencent en septembre pour la rentrée des classes, choisir la Journée internationale des droits des femmes pour lancer une nouvelle année en Principauté n’a rien de saugrenu.

Mais il n’en reste pas moins vrai que ce projet interpelle, dénote et casse les lieux communs. À CREM, aux côtés de Louisette Levy-Soussan Azzoglio, Amadeo Turello, celui qui « a photographié les plus belles femmes du monde », explique : « La beauté, c’est fatigant, banal. La perfection est statique. Ce calendrier, c’est presque un projet de sensibilisation. Ce sont les expériences qui font les femmes. »

 

C’est donc, non pas par la revendication d’un féminisme affiché que la présidente de CREM a choisi de montrer les femmes ; mais bien plutôt par la forme délicate et aboutie d’un ouvrage qui exprime une pertinence un brin effrontée, un brin désinvolte.

Amadeo Turello.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.