“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Alfredo Volpi donne de la poésie à la couleur

Mis à jour le 21/02/2018 à 05:06 Publié le 21/02/2018 à 05:06
Soixante-dix toiles sont accrochées sur les murs de la Villa Paloma pour cette première exposition majeure consacrée à l'artiste hors de son pays.

Soixante-dix toiles sont accrochées sur les murs de la Villa Paloma pour cette première exposition majeure consacrée à l'artiste hors de son pays. Jean-François Ottonello

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Alfredo Volpi donne de la poésie à la couleur

Le NMNM a choisi de consacrer une exposition rétrospective de l'œuvre de cet artiste brésilien, célébré comme un héros dans son pays mais trop peu connu en Europe

Fidèle à une ouverture large sur le monde de l'art, le Nouveau Musée national de Monaco démarre la saison 2018, à la Villa Paloma, en mettant à l'honneur Alfredo Volpi et sa « poétique des couleurs ». Titre de l'exposition consacrée à ce peintre du XXe siècle, « un artiste majeur qui n'a jamais vraiment franchi les frontières du Brésil », confie Cristiano Raimondi, qui signe le commissariat de cette exposition, présentée jusqu'au 20 mai.

Dans son pays d'adoption, ce natif toscan, arrivé à São Paulo en 1898, est respecté comme un des chantres de la peinture et célébré comme un héros national. Pour mieux comprendre l'engouement, la séance de rattrapage à la Paloma s'organise en 70 toiles accrochées sur les murs.

L'écho à Matisse

« Volpi était un autodidacte qui travaillait la couleur naturelle avec des pigments », continue Cristiano Raimondi pour mieux décrypter la prégnance des couleurs qui tapissent les toiles. Comme ce bleu obsédant en fil rouge.

Le dessin se dénude pour le mouvement, le trait, la couleur en avant. À l'infini, Volpi le coloriste retravaille les contours d'une maison au toit pointu, d'une banderole de petits triangles. Le travail d'un peintre naïf ? « Non, surtout pas », rétorque le commissaire Raimondi, qui le classe dans la case abstraction. Non sans renier le parallèle évident avec l'œuvre d'Henri Matisse.

Travaillant d'abord la technique à l'huile puis à la tempera, le travail de Volpi progresse dans les étages de la Villa Paloma, où les toiles sont présentées selon une chronologie marquant les époques. C'est la première fois qu'une exposition rétrospective est consacrée, hors du Brésil, à Alfredo Volpi, décédé en 1988. Un projet qui tisse aussi un lien de plus entre Monaco et le Brésil. Initié l'an passé par le NMNM avec l'exposition consacrée à l'inventeur monégasque Hercule Florence, qui, lui aussi, fit carrière au Brésil.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.