“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

A trois semaines de la première mondiale du spectacle Coppél-i.A., plongez dans l’atelier de la compagnie des Ballets de Monte-Carlo

Mis à jour le 09/12/2019 à 12:07 Publié le 09/12/2019 à 13:00
Le spectacle, plein de promesses, a été présenté sans décor ni costume et avec une double distribution... Jean-Christophe Maillot aura à trancher prochainement.

Le spectacle, plein de promesses, a été présenté sans décor ni costume et avec une double distribution... Jean-Christophe Maillot aura à trancher prochainement. Photo Alice Blangero/Ballets Monte-Carlo

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

A trois semaines de la première mondiale du spectacle Coppél-i.A., plongez dans l’atelier de la compagnie des Ballets de Monte-Carlo

Rares sont les artistes qui ouvrent les portes de leurs préparations au public. Jean-Christophe Maillot est de ceux-là. Jeudi et vendredi, les amateurs des Ballets de Monte-Carlo étaient conviés dans l’atelier de la compagnie pour une soirée d’Imprévus, afin de découvrir les répétitions en cours de la troupe.

À trois semaines, en effet, d’une première mondiale pour la compagnie des Ballets de Monte-Carlo qui a commencé à "roder" la nouvelle création de leur chorégraphe-directeur, Jean-Christophe Maillot, Coppél-i.A..

Ce dernier a choisi de s’attaquer à l’histoire de Coppélia, ballet romantique parmi les classiques, qu’il transpose dans un univers maturé de futur et d’intelligence artificielle.

Dans l’atelier des Ballets transformé en salle de spectacle pour l’occasion, il n’y avait ni décor, ni costume. Mais en jouant le premier acte de ce nouveau ballet, tout l’esprit que Maillot a voulu insuffler à cette nouvelle création surgit et séduit d’emblée.

Double distribution

Pour parler d’amour bien sûr… et de la relation entre ce jeune homme, Frantz, sur le point de se marier, ébloui par une créature à l’apparence d’une femme, créée par un savant fou.

Le spectacle est plein de promesses… même si le casting n’est pas encore établi. En effet, comme il l’a expliqué aux spectateurs jeudi soir, Jean-Christophe Maillot répète depuis le départ son ballet avec une double distribution qui travaille conjointement.

C’est ce que l’on a pu voir pendant les Imprévus, passant de scène en scène, d’un casting à un autre. Il y a donc pour l’heure, deux Coppélia, deux Frantz, deux Swanilda qui se préparent dans l’atelier des Ballets. Et Jean-Christophe Maillot, tel Coppélius, choisira qui incarnera ses personnages prochainement, en vue de la première le 27 décembre.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.