“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

À Nice, cette illustratrice imagine des personnages féministes et funs

Mis à jour le 23/01/2021 à 16:08 Publié le 23/01/2021 à 16:08
Jessica Palermi, illustratrice Le Style Jeje

Jessica Palermi, illustratrice Le Style Jeje Photo Ju Choquer

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

À Nice, cette illustratrice imagine des personnages féministes et funs

Jessica Palermi, Niçoise de 28 ans, crée un univers coloré et drôle, où ses personnages sont bien loin des clichés.

Elle déambule dans la Skola, le magasin école de Polygone Riviera, à Cagnes-sur-mer. Gambille en préparant un café.

Tourbillon coloré d’énergie contagieuse vêtu d’un petit manteau moutonneux rose Barbie. Associé à un pantalon lilas. Pull à fleurs. Sur quiconque, le mélange aurait été foireux. Sur son élégante personne, il devient audacieux, gracieux.
"Je mélange les créateurs, les fripes et j’évite les grandes enseignes. J’ai toujours aimé la mode. J’ai fait des études dans ce domaine. À Nice, à Pro’artigraph puis à Paris, à l’atelier Chardon Savard", retrace Jessica Palermi, 28 ans.

Sa carrière lookée débute comme rédactrice web mode et styliste photo à Paris.

"Je ne gagnais pas ma vie et j’avais envie d’entreprendre", résume simplement la jeune femme. Retour au bercail niçois en 2018.

Là, elle lance son truc, son « business », comme elle dit : Le Style Jeje. De son imagination fertile, sortent des petits personnages illustrés. Funs avec leurs couleurs qui pètent. Qui conjuguent le féminin dans sa pluralité. Se jouent des genres. Prônent la liberté d’être soi.

Poil aux pattes et vieille cagole

Pas d’ultra culcul, loin de là. Ses nénettes ont du poil aux pattes. Des seins qui se font la malle. Ses mecs sont androgynes. Il y a Mamie Swaggy, la grand-mère qui déchire, "une vieille cagole au bout du rouleau qui boit des margaritas."

Marcus le queer fait de la pole danse avec une amie
Marcus le queer fait de la pole danse avec une amie Dessin Jessica Palermi

Marcus le queer, fils caché de Grace Jones et roi du karaoké avec ses copines, Vicky la connasse et Giulia la prude. On a hâte de les entendre! Et de connaître Lorraine, addict aux fêtes foraines. "Elle vit sa meilleure vie en mangeant des hot-dogs et en grattant des jetons pour jouer au tir à la carabine."

Autant de personnages au caractère bien trempé qui invitent à entrer dans l’univers créatif de Jeje. "Bonne humeur, girls power et glitter (paillettes) sont mes maîtres-mots ! Je dessinais mes personnages sans but précis au début... Puis j’ai pensé à en faire des produits dérivés." 

En 2019, Jessica Palermi intègre à Nice l’Ouvre-Boîte, dispositif de la fondation Apprentis d’Auteuil qui épaule les jeunes porteurs de projet. "Un truc génial, qui te donne l’énergie d’entreprendre. J’ai pu, au sein des deux boutiques de créateurs, tester mon format", explique la croqueuse délurée qui travaille sur tablette ou sur papier, en dessin noir et blanc qu’elle colore ensuite numériquement.

Jessica Palermi et son cabinet de curiosités, à l'Ouvre-boîte de Nice
Jessica Palermi et son cabinet de curiosités, à l'Ouvre-boîte de Nice DR

Durant son accompagnement, elle monte, dans le magasin du vieux Nice, son cabinet de curiosités, en relookant la cabine d’essayage. Elle collabore aussi avec la créatrice de bijoux Nomada. Expose au café culturel Chez Pauline, dans le quartier du port de Nice. "Au bout d’un an, je me suis aperçue que mon schéma ne tenait pas la route. Alors, on a repensé le projet."

Au-delà de ses œuvres, Jessica Palermi propose désormais ses services créatifs aux entrepreneurs. À qui aurait besoin d’illustrations, de vidéos. De photos. De communiquer sur les réseaux sociaux. De se façonner une identité visuelle. D’un portrait de famille.

"J’ai envie qu’on m’adopte pour mon côté décalé, évidemment... Mais je peux nuancer", souffle-t-elle. Elle aimerait aussi travailler sur des projets engagés, pour relier ses centres d’intérêt.

Et mettre, en douceur, sa joyeuse touche glitter.


Rens. www.lestylejeje.com ou sur Instagram @lestylejeje

Mamie Swaggy  la grand-mère qui déchire, "une vieille cagole au bout du rouleau qui boit des margaritas."
Mamie Swaggy la grand-mère qui déchire, "une vieille cagole au bout du rouleau qui boit des margaritas." Jessica Palermi

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.