Rubriques




Se connecter à

À Monaco, découvrez l'univers de Karl Lagerfeld à travers une exposition d'un millier d'objets

La maison Sotheby’s expose le millier d’objets appartenant au couturier promis aux enchères. En attendant, l’exposition se visite comme une plongée dans l’intimité du créateur de mode.

CEDRIC VERANY Publié le 01/12/2021 à 17:45, mis à jour le 01/12/2021 à 15:33
Christophe Poyet et Emil Humbert ont créé la scénographie de l’exposition pour mettre en valeur la collection de Karl Lagerfeld.

Il aura habité, aménagé et décoré une vingtaine de résidences au cours de sa vie. Celle-ci est en quelque sorte la dernière. En pénétrant dans l’exposition des objets ayant appartenu à Karl Lagerfeld, on a l’impression d’entrer chez lui. Un petit salon Art Déco par ici, une chambre époque Louis XVI par là, un bureau signé Jean Prouvé pas loin. Et puis des œuvres d’art, des dessins, de l’argenterie, de beaux objets comme s’il en pleuvait. Et pour l’ambiance, une bande-son électro-pop entrecoupée de saillies où l’accent du Kaiser jaillit pour balancer des mots d’esprit qui le caractérisaient.

Pour cette vente ultime de l’héritage de Karl Lagerfeld, la maison Sotheby’s rend hommage au goût assuré de la star de la mode, disparue en 2019, avec une exposition exceptionnelle installée dans les salons du One Monte-Carlo et ouverte à tous avant les premières enchères, vendredi soir.

"La collection d’un intellectuel et d’un esthète"

Le décor de l’exposition reprend l’esprit des demeures de Karl Lagerfeld. (Photos Cyril Dodergny).

Chargées de l’inventaire, les équipes de Sotheby’s ont sélectionné 1.200 lots dans les anciennes demeures de Monsieur Lagerfeld à Paris et à Monte-Carlo pour monter cette vente en plusieurs actes. Acte I, Monte-Carlo du 3 au 5 décembre. Et pour cette vacation monégasque, on trouve de tout et à tous les prix. Des couverts en argent mis à prix à quelques dizaines d’euros jusqu’aux trois Rolls Royce de l’icône, estimée autour de 300.000 euros l’une. Dans ce delta, le choix est vaste: nécessaire de bureau, lampes, vaisselles, petits meubles. Le mobilier justement est une des focales de la vente, notamment pour les amateurs d’Art Déco. "C’est la collection d’un intellectuel et d’un esthète. Pour lui ce qu’il comptait, c’était que ça lui plaise. Nous avons voulu faire revivre son mode de vie flamboyant, avec ce goût pour l’Art Déco de 1925 auquel il est resté fidèle et un tropisme pour les meubles d’architectes", décrypte Pierre Mothes, vice-président de Sotheby’s France.

Mitaines et coussins de Choupette

Parmi la myriade de petits objets intéressants, des ustensiles de bureau rappellent que le couturier était un travail acharné.

Conscient aussi que le memorabilia risque d’affoler les compteurs de ventes chez les fidèles qui déifient Karl Lagerfeld. Dans ce registre intime, la vente est un trésor, où l’on retrouve une somme d’effets personnels du créateur, de ses dessins de jeunesse à ses blazers slim. En passant par une collection de malles de voyages et de mitaines en cuir qui, à coup sûr, vont faire s’envoler les compteurs.

À moins que ce ne soient les effets personnels de sa chatte, Choupette, presque aussi célèbre que le couturier, qui lui volent la vedette. Le grattoir design sur lequel elle a fait ses griffes, les petits coussins brodés d’un "Ici, c’est la place de Choupette" pourraient devenir des items collector au panthéon Lagerfeld.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.