“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

50 Nuances de Bleu

Mis à jour le 23/04/2018 à 05:12 Publié le 23/04/2018 à 05:12
Le prince Albert II a inauguré, samedi au Musée océanographique, l'exposition 50 Seas du designer Mathieu Lehanneur.

Le prince Albert II a inauguré, samedi au Musée océanographique, l'exposition 50 Seas du designer Mathieu Lehanneur. Michaël Alési

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

50 Nuances de Bleu

Jusqu'au 6 mai au Musée océanographique, l'exposition 50 Seas du designer Mathieu Lehanneur met en lumière les variétés de teintes que mers et océans peuvent offrir à l'œil humain

Un néophyte en art y verrait de simples assiettes murales au relief bosselé. La vérité est, en réalité, plus subtile. Plus profonde. Plus naturelle. Sur les murs du salon d'honneur du Musée océanographique, ces pièces de 50 centimètres de diamètre, signées du designer Mathieu Lehanneur, reflètent toute la richesse des couleurs océaniques.

« Les Inuits avaient choisi 50 mots pour définir la neige, j'ai sélectionné 50 teintes pour définir la mer », explique-t-il au prince Albert II, venu inaugurer cette exposition produite en collaboration avec Christie's.

« La couleur dépend de nombreux paramètres »

Un peu au hasard, selon le propre aveu de l'artiste, Mathieu Lehanneur a sélectionné cinquante points sur un planisphère. Et, à partir de clichés satellite, a entrepris de donner corps et matière à ces endroits du globe. Avec une surface en émail sur une base de faïence « Près d'un détroit, dans un golfe ou vers une mégalopole. La variation des couleurs dépend de nombreux paramètres : la profondeur, le courant, la pollution de l'homme, la situation géographique », liste-t-il. Il y a Maputo au Mozambique d'un bleu profond avec du vert et des notes de gris. Ou encore la Méditerranée, « parmi les plus belles couleurs au monde », avec son bleu intense. Et puis, Monaco, forcément où l'exposition prend ici tout son sens. Sans oublier le Nigeria où la couleur tend vers un mystérieux gris et vert sablonneux. « C'est à proximité d'un fleuve qui déverse des alluvions et du sable », explique le designer.

Au milieu de ces nombreuses nuances de bleu, une pièce d'un blanc immaculé. Pour apaiser l'homme. Et prépareil l'œil à cette explosion de couleurs. « L'idée est de provoquer une émotion. On croit tous connaître les mers et océans mais on oublie souvent d'en observer les subtilités. » Ici, l'art et le monde aquatique semblent faire bon ménage. Une nouvelle fois.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.