“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

1 000 personnes ont crié "mambo"dans la cour du Palais princier

Mis à jour le 26/07/2016 à 05:08 Publié le 26/07/2016 à 05:08
Le Philharmonique et le pianiste cubain Jorge-Luis Prats ont suscité un rare enthousiasme.

Le Philharmonique et le pianiste cubain Jorge-Luis Prats ont suscité un rare enthousiasme. Photo archives Monaco-Matin

1 000 personnes ont crié "mambo"dans la cour du Palais princier

Ambiance enflammée, dimanche soir, dans la cour du Palais ! D'habitude, le public chic du Palais fait preuve d'une noble retenue dans ses ovations.

Ce dimanche, il s'est lâché. Au beau milieu de la musique de West-Side Story, lorsque l'orchestre a fait exploser les rythmes d'un « mambo » endiablé, le chef d'orchestre Kazuki Yamada s'est tourné vers le public comme pour l'interpeller. Mille personnes ont alors crié « mambo » sur le rythme de cette danse cubaine. C'était la première fois qu'on entendait cela.

Qu'était-il donc arrivé au public des grands soirs du Palais ?

Il avait été électrisé par le brio de l'orchestre mais aussi par le spectacle de son chef. Perché sur son podium, celui­ci dansait la musique, sursautait, se dépensait en mouvements élastiques.

Avant West Side Story, un extraordinaire pianiste cubain, Jorge Luis Prats, avait lui aussi chauffé la salle. Il avait déchaîné son époustouflante virtuosité au long du concerto de Gershwin, donnant à son jeu un balancement qui n'appartient qu'aux musiciens de jazz et auquel le public ne pouvait résister. Ce pianiste phénomène à l'allure bonhomme qui a été confiné pendant des années dans les frontières de son île et se produisait pour la première fois dans notre région, nous a fait découvrir, en bis, un compositeur de son île nommé Lecuona.

Un concert très mambo et vraiment beau !


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct