Rubriques




Se connecter à

1 300 coureurs retrouvent les joies du U Giru de Natale à Monaco

Ce dimanche, pour ses retrouvailles avec la Principauté, l’emblématique tour de Noël a fait le plein d’athlètes venus se frotter à un parcours exigeant et technique de 10 kilomètres.

Thibaut Parat Publié le 12/12/2021 à 17:46, mis à jour le 12/12/2021 à 17:48
Sur le boulevard Albert-Ier à Monaco, plus de 1300 coureurs ont pris le départ de cette 27e édition. Photo Cyril Dodergny

Des mines enjouées. Des organismes gonflés à bloc. Dans la contre-allée du boulevard Albert-Ier, des dizaines de coureurs enchaînent les allers-retours en guise d’échauffement matinal.

" On est tellement heureux de retrouver les joies de la course à pied à Monaco que la motivation en est décuplée ", souffle l’un d’entre eux avant de rejoindre la ligne de départ, là où d’ordinaire les puissantes Formule 1 amorcent un vrombissant départ.

Après une année de césure sportive, pour cause de Covid-19, après des retrouvailles avec la discipline au cross du Larvotto, l’emblématique U Giru de Natale a fait son grand retour, ce dimanche à Monaco.

Le gagnant en 31’30’’

À 10 h 30 pétantes – dans la foulée des deux courses pour enfants – 1300 coureurs ont avalé l’asphalte de la Principauté.

 

Dix kilomètres vallonnés au menu de cette 27e édition. Un parcours particulièrement exigeant, du quartier de la Condamine à celui du Larvotto en passant par le Rocher et Monte-Carlo.

" Il y a deux phases techniques : la montée d’Ostende et les escaliers de la rampe Major. Le reste, ce n’est que du plaisir ", sourit un Bastien Isaia comblé.

Le président de l’association sportive de la Sûreté publique de Monaco et organisateur de la course craignait une chute drastique du nombre des dossards. " On a constaté une baisse dans toutes les courses de la région. Mais les athlètes ont répondu présent ", souffle-t-il.

Parmi la foule, difficile de passer à côté des six joëlettes, ces appareils tout-terrain tirés par des coureurs valides* dans lesquels avaient pris place des enfants et  adultes en situation de handicap. " Ils ont le statut de pilote. C’est un vrai beau moment de cohésion, salue François Poirier, président de l’association sportive monégasque de joëlette (ASMJ). Cela demande de l’équilibre, de courir à la même allure et donc beaucoup de communication. "

Sur le plan sportif, c’est Johan Vaz Caldeira du Nice Côte d’Azur Athlétisme qui s’offre la première place en bouclant les 10 km en 31 minutes et 30 secondes. Dix-sept et vingt-huit secondes derrière : Gilles Rubio et Pierre Potteau du Menton Marathon Athlétisme.

 

*  De quatre associations : Trail pour tous (Biot) ; Monaco Liver Disorder et les sapeurs-pompiers de Monaco ; Nissa Triathlon Team ; l’Association sportive monégasque de joëlette.

Johan Vaz Caldeira (Nice Côte d’Azur Athlétisme) s'est offert la première place en bouclant les 10 kilomètres en 31 minutes et 30 secondes. Photo Cyril Dodergny.
Le parcours était très exigeant avec, notamment, la montée des escaliers de la rampe Major. Photo Cyril Dodergny.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.