“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le patron de la SBM se plaint que les équipes de foot trop fortes tuent les paris en ligne

Mis à jour le 22/09/2017 à 18:00 Publié le 22/09/2017 à 17:59
Jean-Luc Biamonti.

Jean-Luc Biamonti. Photo C. D

Le patron de la SBM se plaint que les équipes de foot trop fortes tuent les paris en ligne

Lors de l'assemblée générale de la Société des Bains de Mer de Monaco, également actionnaire de Betclic, son président-délégué a dit regretter la domination de certaines équipes sur leur championnat, vendredi.

En marge de l'assemblée générale de la Société des Bains de Mer de Monaco, ce vendredi en Principauté, son président-délégué Jean-Luc Biamonti a aussi parler football.

Et plus précisément football et paris puisque la SBM est également actionnaire à 50% du groupe de jeux en ligne Betclic Everest Group.

Non pas pour se féliciter des résultats financiers de Betclic, qui a de nouveau perdu de l'argent lors de l'exercice 2016-17 (-4,2M€ pour la quote-part de la SBM) après deux exercices légèrement bénéficiaires, mais pour regretter le manque de suspens des championnats européens.

"Le Bayern Munich, la Juve et le PSG sont trop forts"

"Le Bayern Munich, la Juve de Turin et le PSG sont trop forts et ça tue les paris en ligne", a regretté Jean-Luc Biamonti.

"On a juste une petite préoccupation, a-t-il indiqué. Tous les championnats sont dominés par une ou deux équipes. (...) Paris (PSG, NDLR), je ne sais pas quand est-ce qu'ils vont perdre un match, le Bayern en Allemagne, la Juve en Italie. (...) Dans ce schéma-là, on ne gagne pas d'argent, parce qu'il n'y a pas de cotes, ça n'intéresse pas les gens".

"Nous, pour que les cotes soient sympathiques et que les gens aient envie de jouer, il ne faut pas que les championnats soient dominés parce que Paris-Amiens, il n'y a pas beaucoup de gens qui parient sur Amiens", a-t-il ajouté.

l'exception anglaise

"L'exception pour le moment c'est le championnat anglais, plus équilibré", a continué le président-délégué de la SBM.

La domination de Monaco gêne moins la SBM puisque la société gère les principaux hôtels et casinos de la principauté.

"Les performances de l'AS Monaco en Champion's League nous aident, ponctuellement", dit-il, avec des hôtels remplis pendant deux jours en plein mois de février ou d'octobre.


La suite du direct