Rubriques




Se connecter à

Fournitures : quelles sont les tendances cette année ?

Dernière ligne droite pour les achats de la rentrée, mais quels sont les best-sellers de cette année ? Privilégie-t-on la qualité, le prix ou le design ? Nous sommes allés enquêter à Menton

Publié le 01/09/2018 à 05:04, mis à jour le 01/09/2018 à 05:04
Devant le choix impressionnant de fournitures scolaires, certains vont à l'économie, d'autres cèdent à toutes les envies de leur enfant.
Devant le choix impressionnant de fournitures scolaires, certains vont à l'économie, d'autres cèdent à toutes les envies de leur enfant.

C'est l'heure des derniers achats pour la rentrée des classes, et nombreux sont les parents qui se pressent dans les papeteries et dans les grandes surfaces de Menton.

Julie et sa fille Luna font partie de ces « retardataires », et se faufilent dans les rayons bondés de Bureau Vallée, dans le Careï. L'écolière entre en CM1 et veut tout ce qu'il y a de mieux, parce que comme elle l'affirme : «Je suis une grande fille maintenant !»

Sa maman essaye de la diriger vers des fournitures classiques, mais cède au final à (presque) tous ses caprices : « Quand j'étais petite, si j'avais de belles affaires ça me donnait envie de bien travailler à l'école, du moins les premières semaines ! Donc j'essaye de lui faire plaisir tout en surveillant les prix ». Un agenda licorne, et une trousse rose assortie au cartable plus tard, Luna semble plutôt contente de sa panoplie.

 

1 Objets à la mode

Et la tendance se confirme : « Les licornes, ça marche du tonnerre. Les autres agendas qui se vendent bien sont ceux plutôt sobres de la marque L'Étudiant, sinon pour les plus jeunes il y a ceux qui sont parfumés à la fraise ou au pop-corn », explique Nathalie, de Bureau Vallée.

À l'Intermarché juste un peu plus loin, la Reine des neiges est toujours à la mode, à en voir le grand sourire de la petite Sarah qui a déjà endossé son joli cartable. Son père lève les yeux au ciel, un peu agacé d'entendre toute la journée l'obsédant « libérée, délivrée » mais « pour 3,50 €, je peux bien lui faire ce plaisir… ». Certains parents préfèrent investir dans du solide, c'est le cas d'Aline, qui a payé 50 € pour un sac à dos, et « compte bien le faire durer deux ans ». Pour le reste, c'est un magasin de Sospel qui s'est occupé de sa liste de fournitures, donc elle n'a pas choisi les marques ni les prix. Elle évite ainsi la panique d'avoir oublié quelque chose à la dernière minute et les réprimandes des professeurs.

2 Les incontournables

Les cahiers Oxford ou Clairefontaine, les agendas Quo Vadis, les surligneurs Stabilo Boss, qui ne se souvient pas de ces marques ? Elles sont toutes encore sur le marché, ainsi que les sacs à dos Eastpak, qui depuis des années sont LA marque phare des lycéens malgré son prix, qui va de 30 à plus de 150 €. Depuis quelque temps, la mode est également aux stylos Frixion, effaçables grâce à leur encre thermosensible.

3 Des couleurs par dizaines

 

Cette année les stylos se déclinent sur tous les tons : pastels, fluo, paillettes… Tout est fait pour donner envie d'écrire.

Les marques l'ont bien compris en diversifiant leurs offres.

Les enfants ne se ruent pas sur le bic bleu classique, qui est pourtant le moins cher (0,35 € chez Bureau Vallée), mais les packs de 10 couleurs ont du succès (2,20 €, grâce à une promotion d'Intermarché).

Pilot et ses fameux Frixion se lancent également dans des gammes originales, avec par exemple l'édition spéciale dessinée par le chanteur Mika, 24 stylos aux formes et couleurs pleines de peps pour une rentrée dans la bonne humeur. Le stylo 4 couleurs est malgré tout indétrônable, toujours au top des ventes.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.