“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

En un an et malgré le confinement, elles créent leur marque de vêtements made in Côte d’Azur

Mis à jour le 21/03/2021 à 14:53 Publié le 21/03/2021 à 13:30
La collection “force” propose trois ensembles de différentes couleurs: bleu, violet et rose. Il y en a pour tous les goûts.

La collection “force” propose trois ensembles de différentes couleurs: bleu, violet et rose. Il y en a pour tous les goûts. Photo DR

Monaco-Matin, source d'infos de qualité

En un an et malgré le confinement, elles créent leur marque de vêtements made in Côte d’Azur

Maeva Sebban et l’Antiboise Célia Monclar ont confectionné leur ligne d’ensembles de sport féminin nommé Mealya. Une marque adaptée pour le fitness et le yoga made in Côte d’Azur.

Mealya, c’est une marque de vêtement mais avant tout une belle histoire d’amitié.

Maeva Sebban et Célia Monclar ont relevé un pari fou, celui de créer leur collection de tenues de sport en seulement un an.

Pour cela, elles ont dû faire face à un obstacle majeur: les 900 kilomètres qui les séparent.

Leur rencontre remonte à trois ans, sur la scène du Casino Ruhl à Nice, lorsqu’elles étaient toutes deux danseuses professionnelles. Au fil du temps, chacune a tracé son chemin. Restée à Nice, Maeva s’est reconvertie en conseillère en image et chorégraphe.

Née à Antibes, Célia est partie vivre dans le Loir-et-Cher, à Blois. Elle y enseigne le yoga. Les deux jeunes femmes sont restées très proches et ont poursuivi leur passion commune: le sport.

Mais à l’été 2020, leur destin professionnel s’est de nouveau croisé au détour d’une conversation. "On a décidé de mettre à profit nos expériences de danseuses pour créer notre marque. C’est comme ça que le projet Mealya est né", raconte Célia.

"On a tout fait seules"

Âgées de 28 ans, Célia (à gauche) et Maeva (à droite), ont donné vie à leur projet malgré la distance qui les sépare. Les ensembles leggings-brassières ont rapidement trouvé un public.
Âgées de 28 ans, Célia (à gauche) et Maeva (à droite), ont donné vie à leur projet malgré la distance qui les sépare. Les ensembles leggings-brassières ont rapidement trouvé un public. Photo DR

C’est au cœur du second confinement que les associées se sont véritablement lancé dans le projet. Il y a quelques mois seulement.

Maeva explique: "Nos vies professionnelles étaient en suspens pendant deux mois. Cela nous a laissés du temps pour développer la marque".

S’en sont suivis plusieurs mois d’échanges téléphoniques, d’appels vidéos et de notes vocales. "C’était assez frustrant de devoir tout faire à distance, confient les créatrices. Il y a eu beaucoup de nuits blanches, mais on y est arrivé."

Même par écrans interposés, leur complicité était un véritable moteur. "Le mot Mealya, est né de l’association de nos prénoms", explique fièrement Célia.

Nom de la marque, dessins des vêtements, choix des tissus ou encore emballage des colis: les deux femmes ont tout fait elles-mêmes. En indépendantes. "On a tout appris sur le terrain. C’était une véritable aventure", s’enthousiasment-elles.

Pour cette première collection, trois ensembles leggings et brassières sont disponibles. "Notre credo c’est: pas de transparence, pas de marques de transpiration. Les tenues sont gainantes et tailles hautes. Le tout avec style et à prix accessible", assument-elles. "Les matières flexibles conviennent à la fois pour le fitness ou le yoga."

Des nouveaux produits à venir

Des nouveaux sweets sont disponibles depuis deux semaines. La suite cet été.
Des nouveaux sweets sont disponibles depuis deux semaines. La suite cet été. Photo DR

Les deux amies ont souhaité créer une marque éthique avec du tissu en matière recyclée. La production? 100% locale. L’atelier d’assemblage des vêtements ainsi que la fabrique des packagings sont basés à Nice et Cagnes-sur-Mer.

Célia et Maeva ne comptent pas s’arrêter après cette première étape: "Pour démarrer, on a voulu faire une petite collection. Mais on travaille déjà sur les couleurs pour le printemps."

Des nouveaux sweets sont disponibles depuis deux semaines. La suite cet été.

Le chiffre

108. Comme le nombre de produits déjà sortis: 63 ensembles leggins-brassières et 45 sweets 100% français.

Les deux créatrices veulent fonctionner avec des petites productions.

Les trois quarts de la première collection ont déjà été vendus.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.