“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Courses de Noël : dernier rush... ou pas

Mis à jour le 23/12/2017 à 05:11 Publié le 23/12/2017 à 05:11
À 4 000 colis par jour, la Poste a enregistré 25% de hausse d'activité par rapport à l'an dernier. Chronopost a accru son activité de 67,9% entre 2014 et 2017.

À 4 000 colis par jour, la Poste a enregistré 25% de hausse d'activité par rapport à l'an dernier. Chronopost a accru son activité de 67,9% entre 2014 et 2017. Charly Gallo / Dir. Com.

Courses de Noël : dernier rush... ou pas

Monaco A quelques jours de Noël, les derniers paquets s'installent sous le sapin. Et tandis que la Poste connaît un surcroît d'activité inédit, certains commerçants se plaignent de ne plus voir les clients

L'année dernière, nous avons franchi le cap des 3 000 colis par jour, et cette année celui des 4 000 », constate Jean-Luc Delcroix, directeur de la Poste de Monaco. Mais où s'arrêteront-ils ? « Nous ne sommes pas à l'abri de faire 5 000 colis par jour l'année prochaine ! » poursuit-il.

Une quantité d'objets qui ne laissent pas trop de place à l'approximation. Des intérimaires sont venus prêter main-forte aux 177 employés titulaires : trois pour les colis, deux pour le courrier. Mais ça ne suffit pas. « À ce rythme-là, on ne peut plus anticiper. On est dans la réactivité. Nous sommes donc passés du fonctionnement d'une administration à celui d'une startup », explique le directeur.

Changement de modèle économique

C'est la directrice adjointe, Mady Valentin, qui a mis en place un nouveau concept : « J'ai appelé ça la force de travail solidaire. L'idée, c'est de faire participer tout le monde. Même les cadres et cadres supérieurs vont à la plateforme colis le matin pour aider à charger. Plus les camions sont chargés vite, plus il y aura de tournées. Et bien sûr, les heures supplémentaires sont rémunérées. » Donc tous les matins, la plateforme colis de Fontvieille prend des allures d'atelier du Père Noël.

Jean-Luc Delcroix le dit et le martèle : « Il faut saluer l'implication des équipes. Depuis le 15 octobre, tout le monde répond à l'appel. » Un investissement d'autant plus essentiel qu'une telle cadence ne souffre d'aucun retard. Le moindre colis non distribué pèsera sur la tournée du lendemain. Un scénario que Jean-Luc Delcroix n'envisage même pas : « Imaginez un instant qu'on ait 10 % de mise en instance. Ça veut dire que le lendemain, on ne sera plus à 4 000 mais à 4 400 colis ! »

Certaines mauvaises langues prédisaient la fin de la Poste avec l'inévitable disparition prochaine du courrier papier. C'est plutôt une transformation qui est en train de s'opérer. Jean-Luc Delcroix en est convaincu : « Mon avis, c'est que nous assistons à un changement de modèle économique. Une sorte de révolution industrielle. Le développement d'internet entraîne une baisse de l'activité courrier, mais aussi et surtout une forte hausse de l'activité colis, grâce aux sites de vente en ligne, dont certains permettent également le retour gratuit. Tout cela, c'est de l'activité pour la Poste. »

Nouvelle plateforme colis en janvier

À cela s'ajoute une spécificité monégasque : avec un immobilier très cher, certaines boutiques n'ont presque plus de stocks, d'après le directeur de la Poste : « Dans certaines enseignes, nous livrons jusqu'à 150 colis par jour. »

Une activité florissante qui conduit la Poste à ouvrir en janvier prochain une nouvelle plateforme colis à Fontvieille, plus moderne, mieux équipée, et plus ergonomique pour les employés du Père Noël.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct