Un charnier de 440 corps a-t-il vraiment été découvert en Ukraine, comme le prétend Kiev?

La rédaction Publié le 16/09/2022 à 09:35, mis à jour le 16/09/2022 à 09:30
Des soldats ukrainiens dans une fosse commune où "440 corps" auraient été découverts. Photo DR

Question de Vincent

Un charnier de 440 corps a-t-il vraiment été découvert à Izioum en Ukraine?

Bonjour Vincent, et merci pour votre question.

Le lendemain de sa visite dans la ville libérée d'Izioum, dans la région de Kharkiv, le mercredi 14 septembre, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a évoqué une "fosse commune" qui aurait été découverte sur place. "Nous voulons que le monde sache ce que l'occupation russe a provoqué", a-t-il dit, sans donner de détails sur le nombre de personnes enterrées ni sur les causes de leurs décès. 

Un responsable de la police régionale, Serguiï Botvinov, a de son côté indiqué à la chaîne Sky News qu'un site d'enterrement avec environ "440 corps" avait été mis au jour. Zelensky a invité les journalistes à venir sur place "demain" (vendredi), après la tenue d'une enquête pour avoir des "informations vérifiées et claires""Demain, a-t-il insisté, des journalistes ukrainiens et internationaux viendront à Izioum. Nous voulons que le monde sache ce qui se passe réellement et ce à quoi l'occupation russe a conduit."

Des photos qui sèment le doute

Une déclaration étonnante, si l'on considère dans la nuit du jeudi 15 au vendredi 16, The Guardian et Reuters ont déjà publié un article et une vidéo sur le sujet. On peut y voir des soldats ukrainiens sécuriser une zone où des croix en bois ont été déposées, dont certaines portent des noms. Des recherches semblent être effectuées avec des détecteurs de métaux.

 

Cependant, on n'aperçoit aucun corps, seuls lesdites croix (sur toutes les photos partagées sur les réseaux sociaux), l'exhumation n'ayant pas eu lieu. Sur certains clichés, on voit également que d'autres journalistes étaient déjà sur place jeudi.

Un soldat interviewé face caméra évoque alors des "expertises ADN" et parle d'une exhumation prochaine des corps, ce qui confirme qu'elle n'a pas encore été faite. Une information confirmée par The Guardian, qui explique qu'un journaliste de l'agence de presse Associated Press, présent sur place, a vu des centaines de croix en bois dans une forêt, accompagnées d'une fosse commune où 17 soldats auraient été enterrés (selon une pancarte)... mais il n'a encore aperçu aucun corps.

Les propos du responsable de la police régionale sur les "440 corps retrouvés" seraient donc un abus de langage... pour l'instant.

Aucun journaliste sur place n'a encore pu vérifier ces allégations

Un habitant, Sergei Gorodko, rapporte pourtant au Guardian que "parmi la centaine de corps enterrés dans des tombes individuelles, se trouvaient des dizaines d'adultes et d'enfants tués dans une frappe russe sur un immeuble", ajoutant qu'il a sorti certains des corps "avec ses propres mains". Aucun journaliste sur place n'a encore pu vérifier ces allégations.

Or, on sait que les corps de civils (et a minima de soldats) peuvent servir de formidable "arme de communication massive", ne serait-ce que pour montrer au monde les exactions commises par l'ennemi. On se souvient, par exemple, que lorsque des fosses communes étaient découvertes en Syrie au plus fort de la guerre, les photos de corps meurtris, y compris celles d'enfants, apparaissaient aussitôt sur les réseaux sociaux et dans la presse, notamment pour témoigner et documenter les horreurs de la guerre.

 

Bonne journée.

Posez votre question à la rédaction
Grands projets, enjeux locaux, coronavirus, travaux, politique, économie…
Posez toutes vos questions à nos journalistes. Et retrouvez leurs réponses dans la rubrique dédiée

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.