Guerre en Ukraine en direct: ce conflit "est le résultat de l'effondrement de l'Union soviétique", estime Vladimir Poutine

Les autorités prorusses des régions ukrainiennes de Zaporijjia, Kherson, Lougansk et Donetsk ont revendiqué mardi la victoire du "oui" en faveur d'une annexion par la Russie, lors des "référendums" d'annexion organisés par Moscou et dénoncés par Kiev et ses soutiens occidentaux.

La rédaction Publié le 29/09/2022 à 16:57, mis à jour le 30/09/2022 à 09:03
live
Le président russe, Vladimir Poutine. Photo AFP

Jeudi 29 septembre, 218e jour de l'invasion russe en Ukraine. Une quatrième fuite a été identifiée en mer Baltique au-dessus des gazoducs Nord Stream visés par un sabotage présumé, a-t-on appris jeudi auprès des gardes-côtes suédois. "Il y a deux fuites côté suédois et deux fuites côté danois", a déclaré un responsable de l'autorité suédoise, précisant que les deux fuites côté suédois se trouvent "à proximité l'une de l'autre".

Les dirigeants prorusses de régions ukrainiennes occupées totalement ou partiellement par Moscou ont réclamé mercredi l'annexion à la Russie, au lendemain de référendums qualifiés d'"illégaux" par Kiev et ses alliés occidentaux, qui ont promis des sanctions. L'Ukraine a de son côté réclamé de nouvelles livraisons d'armes occidentales pour combattre la Russie, balayant ses menaces répétées d'utiliser l'arme nucléaire pour protéger les nouveaux territoires qu'elle entend incorporer.

Sur le terrain, Kharkiv a encore été bombardée dans la nuit, laissant 18.000 foyers sans électricité, sans pour autant faire de morts. En Russie, l'annonce d'une mobilisation "partielle", la semaine dernière par Vladimir Poutine, continue de provoquer un exode des hommes en âge de combattre vers les pays voisins, notamment la Géorgie, le Kazakhstan et la Mongolie.

Si vous nous lisez sur mobile ou que vous n'arrivez pas à accéder à notre direct sur cette page, cliquez ici.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.