Emmanuel Macron plaide contre la "confrontation" et pour la "stabilité" en Asie-Pacifique

Le président français Emmanuel Macron a plaidé, vendredi 18 novembre, contre "l'hégémonie" et la "confrontation" et pour la "stabilité" en Asie-Pacifique.

AFP Publié le 18/11/2022 à 07:16, mis à jour le 18/11/2022 à 06:40
Le président de la République, Emmanuel Macron. Photo Camille Dodet

"Nous ne croyons pas dans l'hégémonie, la confrontation. Nous croyons dans la stabilité, nous croyons dans l'innovation", a-t-il dit depuis Bangkok, au sommet des dirigeants économiques de l'Apec.

Filant la métaphore, il a estimé que l'Asie-Pacifique, théâtre d'une rivalité croissante entre la Chine et les Etats-Unis, devait s'appuyer sur ses puissances régionales, y compris la France, pour garantir cet équilibre.

"Deux gros éléphants de plus en plus nerveux"

"Nous sommes dans la jungle et nous avons deux gros éléphants de plus en plus nerveux. S'ils deviennent très nerveux, ils vont commencer à se faire la guerre et ce sera un gros problème pour le reste de la jungle", a-t-il lancé.

 

"Nous aurons besoin de la coopération de beaucoup d'autres animaux, les tigres, les singes, etc.", a-t-il dit, déclenchant les rires de l'assistance.

Emmanuel Macron a érigé en priorité stratégique cette vaste zone allant des côtes est-africaines aux côtes ouest-américaines - d'où son appellation "Indopacifique" - où la France compte de nombreux territoires et espaces maritimes.

La France y détient la majeure partie de sa zone économique exclusive (ZEE), la deuxième du monde, autour de sept territoires, de la Réunion à la Nouvelle-Calédonie et Tahiti, où vivent 1,65 million de ressortissants.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.