Bataillon Monaco: Pavel Fuks, l'embarrassante affaire des croix gammées

LES OLIGARQUES UKRAINIENS DU BATAILLON MONACO (6/10). Pavel Fuks a été accusé de financer des hommes de main pour qu’ils taguent des croix gammées dans les rues de Kiev, et accréditent ainsi la thèse d’une “nazification” de l’Ukraine chère à Vladimir Poutine. 

Article réservé aux abonnés
Eric Galliano egalliano@nicematin.fr Publié le 07/10/2022 à 08:00, mis à jour le 07/10/2022 à 08:31
enquete

Notre enquête sur le bataillon Monaco

Énorme Bentley immatriculée en Ukraine sur la place du Casino, mégayacht battant pavillon ukrainien à Beaulieu, villa grand luxe et surprotégée à Saint-Jean… une centaine d'Ukrainiens, réfugiés VIP, ont fui la guerre contre la Russie pour rejoindre la Côte d'Azur. 

En dépit de la mobilisation générale de tous les hommes valides de 16 à 60 ans décrétée par Volodymyr Zelensky, ils mènent la grande vie alors que les combats font toujours rage en Ukraine. 

Nice-Matin vous raconte l’histoire des oligarques du “bataillon Monaco”, comme le surnomme le FBI ukrainien, qui a ouvert une enquête sur ces exilés VIP. Une série également à retrouver dans notre dossier. 

Rinat Akhmetov, ne se serait pas contenté de signer la plus grosse transaction immobilière jamais réalisée sur la Côte d’Azur. L’homme le plus riche d’Ukraine semble avoir multiplié les acquisitions dans le sud de la France ces dernières années. Le registre des sociétés le désigne comme le véritable “bénéficiaire” de cinq sociétés, toutes domiciliées chez un avocat marseillais. En réalité, ces structures servent à régler les frais de ses nombreuses villas azuréennes.

Cela semble être l’unique objet social d’E.P. Belview Investments. La première dénomination de cette entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée, constituée en 2008, était “Villa Soleïadou”. C’est aussi l’ancien nom d’une superbe propriété, avenue Jean-Cocteau à Saint-Jean-Cap-Ferrat, achetée cette même année par un autre ressortissant ukrainien, Pavel Fuks, pour la bagatelle de 50 millions d’euros. Cet homme d’affaires aurait finalement fait une très bonne affaire puisque la “Soleïadou” aurait finalement été revendue au moins le double à Akhmetov une petite décennie plus tard.

Recruté par les services russes?

De quoi offrir une jolie plus-value à Pavel Fuks. Ce richissime Ukrainien aurait cependant fait un drôle usage de sa fortune, estimée à 270 millions de dollars en 2017, au début de l’invasion russe dans son pays. Il a été accusé de financer des hommes de main pour qu’ils taguent des croix gammées dans les rues de Kiev, et accréditent ainsi la thèse d’une “nazification” de l’Ukraine chère à Vladimir Poutine. 

Confondu par une ancienne gloire nationale de la boxe, Pavel Fuks, ne sachant pas qu’il était enregistré, aurait expliqué qu’il n’avait “pas d’autre choix”. L’homme d’affaires aurait en fait été recruté par les services russes pour cette mission de sabotage. Pavel Fuks, de confession juive, est pourtant l’un des cofondateurs du Centre commémoratif de l'Holocauste de Babi Yar. Ayant revendu son pied à terre azuréen, il ne figure pas dans la liste des 84 membres du “bataillon de Monaco” établie par le SBI… Il pourrait en fait avoir trouvé refuge à Dubaï.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.