Rubriques




Se connecter à

Avec la guerre en Ukraine, la Station spatiale internationale est-elle promise à se désintégrer?

La guerre se joue sur terre mais aussi dans l'espace. Depuis le début de l'Ukraine, la Station spatiale internationale, symbole jusqu'à présent de la coopération entre Russes et Américains, a désormais du plomb dans l'aile, comme le montrent les récentes déclarations en provenance de l'Agence spatiale russe.

La rédaction Publié le 06/07/2022 à 16:09, mis à jour le 06/07/2022 à 16:22
Une guerre se joue dans l'espace entre la Russie et les Etats-Unis autour de la Station spatiale internationale (ISS). Photo Nasa

"La baisse naturelle de l'orbite de la Station spatiale internationale (ISS) à une hauteur à laquelle elle commence à brûler dans les couches denses de l'atmosphère prendra de deux à cinq ans sans correction, et celle-ci n'est possible qu’avec l’aide de la Russie", a déclaré, ce mercredi 6 juillet, Dmitri Strougovets, le chef de service de presse de Roscosmos, l'Agence spatiale russe.

Avec cette déclaration, il tient à souligner que la guerre en Ukraine a aussi un impact 400km au-dessus de nos têtes. Et pour cause. Comme le rappelle le site Sciencepost, c'est le segment russe de l'ISS qui est responsable du guidage, de la navigation et du contrôle de l'ensemble du complexe orbital.

Ce mercredi, dans des propos rapportés par l'agence de presse russe Tass, Dmitri Strougovets a ainsi indiqué que la station perdait jusqu'à 100 mètres d'altitude par jour. Un phénomène causé par la traînée atmosphérique qu'il convient de corriger. Comment? En redonnant de la propulsion à l'ensemble de la structure.

Le Cygnus, un cargo comme alternative?

Conscient de cet écueil et de cette dépendance au savoir-faire russe, les Etats-Unis se sont attelés à trouver une parade à ce problème. Avec succès, selon eux. Fin juin, le Cygnus, un vaisseau cargo qui participe au ravitaillement en fret de la station, est devenu le premier module commercial à remonter avec succès le laboratoire sur une orbite supérieure.

 

Une performance contestée par Dmitri Strougovets. "La correction d'essai à l'aide du vaisseau spatial Cygnus n'a été réussie qu'à la deuxième tentative. Sans la Russie, Cygnus ne pourra pas corriger l'orbite de l'ISS". 

"Voulez-vous gérer l'ISS vous-même?"

Ce n'est en tout cas pas la première fois que la Russie fait planer des menaces sur l'avenir de l'ISS.

Sur Twitter, Dimitri Rogozine, le directeur de Roscosmos, s'était montré provocateur. "Voulez-vous gérer l’ISS vous-même? Peut-être que le président Biden ne le sait pas, alors expliquez-lui que la correction de l’orbite de la station et ses capacités d’évitement des débris spatiaux, dont vos talentueux hommes d’affaires ont pollué les orbites basses, sont produites exclusivement par les moteurs des cargos russes Progress MS".

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.