“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Une pianiste du Philharmonique de Monte-Carlo joue du rock cet été dans des stades de 50.000 personnes

Mis à jour le 08/08/2019 à 16:57 Publié le 08/08/2019 à 08:30
La pianiste du Philharmonique s’offre des sensations inédites dans des stades remplis d’accros au rock metal.	(DR)

Une pianiste du Philharmonique de Monte-Carlo joue du rock cet été dans des stades de 50.000 personnes

La pianiste monégasque Héloïse Hervouët, qui fait partie du Philharmonique de Monte-Carlo, assure cet été la première partie de la tournée géante du groupe de rock allemand Rammstein dans toute l'Europe.

"Etes-vous libre pour remplacer les Jatekok en première partie du groupe rock Rammstein dans leur tournée des stades d’Europe? Il y aura jusqu’à 70.000 spectateurs par soir. Vous jouerez quarante-cinq minutes."

Lorsqu’elle raccroche le téléphone, Héloïse Hevouët, pianiste du Philharmonique de Monte-Carlo et professeur à l’Académie de musique, n’en croit pas ses oreilles. Faire, elle, la première partie du groupe de metal rock allemand le plus célèbre au monde!

Elle était libre. Et sa camarade avec laquelle elle joue en duo, Katerine Nikitine, aussi. Elles pouvaient donc remplacer les deux pianistes au sein du Jatekok.

"C’est d’accord", répond-elle.

Logistique énorme et garde du corps

Héloïse Hervouët, tous les mélomanes de notre région la connaissent. Cette jolie jeune femme "bon chic bon genre" au sourire très doux se produit régulièrement avec le Philharmonique dans l’Auditorium Rainier-III ou au Grimaldi Forum. Les spectateurs du Festival de Menton voient tous les jours son image car c’est elle qui figure en photo sur la grande affiche que l’on voit à l’entrée du festival, au bas du Parvis Saint-Michel.

Voilà donc Héloïse et Katerine lancées cet été sur les routes d’Europe du Nord et du metal rock! Sept concerts sont au programme. À Rostock et Francfort en Allemagne, Katowice en Pologne - ces concerts ont déjà eu lieu -, et, ce mois-ci, à Tampere en Finlande, Stockholm en Suède, Oslo en Norvège et Vienne en Autriche.

Happées par l’univers du rock, les deux pianistes classiques! Incroyable! Chaque soir, 69 camions de matériel débarqués pour dresser la scène, ériger des colonnes et portiques métalliques, installer des enceintes sonores géantes, des lumières d’un autre monde. Deux cent cinquante personnes travaillent à la production. On présente à Héloïse ses ingénieurs du son, ses maquilleurs, ses habilleurs. Et aussi ses gardes du corps. C’est eux qui, le soir, viendront la chercher dans sa loge pour la conduire sur scène avec Katerine en fendant la foule.

"Formidable montée d’adrénaline"

"À notre entrée en scène, on sent une formidable montée d’adrénaline", assure-t-elle.

Autour d’elle monte la rumeur de dizaines de milliers de personnes. Elle est en tenue de circonstance : cuir et casquette sur la tête.

Jouer pour des dizaines de milliers de gens? Pure folie! Pas le temps d’avoir le trac. Plus le temps de penser. On se jette à l’eau. Héloïse et Katerine entendent leur jeu démultiplié par les haut-parleurs pour envahir le stade. Un vertige! Leur répertoire? Des compositions modernes, des improvisations et des chansons de Rammstein pour chauffer le public.

"On est heureuses comme tout. Le public nous communique une énergie folle, raconte Héloïse lors d’un passage à Monaco entre deux concerts. Il chante avec nous, nous applaudit. On est comme des stars!"

Héloïse dit tout cela avec un joli sourire presque timide.

Les deux pianistes passent quarante-cinq minutes en scène. Après quoi arrive le groupe Rammstein. Le délire! Les enceintes crachent les décibels, les guitares électriques explosent, les batteries mitraillent. Des spots déchirent le ciel, des fumées envahissent l’espace, des feux d’artifice partent de la scène et des instruments de musique eux-mêmes. La foule hurle. Les textes violents l’excitent. Le public les connaît par cœur.

"Si le groupe expose la violence, c’est pour mieux la combattre, commente Héloïse. La noirceur de leur message est cathartique, poussant les gens à se libérer de leurs pulsions. Nous qui approchons les artistes, je peux vous dire qu’ils sont gentils, qu’ils militent pour des causes humanitaires."

Héloïse sur scène pour l’ovation finale

À la fin, c’est l’apothéose. Héloïse revient avec Katerine jouer avec le groupe Rammstein. Alors, 30.000, 50.000 personnes allument leurs téléphones portables et font vaciller le stade à la lueur de leurs mobiles. Héloïse et sa camarade sont associées à l’ovation finale.

Le lendemain, leur image circulera sur les réseaux sociaux du monde entier. Elles recevront des messages en toutes les langues.

Un jour, la tournée finira. Héloïse se souviendra de son été 2019…


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct