Rubriques




Se connecter à

Soirée accordéon ce jeudi au Théâtre des Variétés en mémoire de Marcel Azzola

Christiane Bonnay, professeur d’accordéon à l’Académie de musique de Monaco, rend hommage au célèbre accordéoniste disparu l’an dernier, ce jeudi au Théâtre des Variétés

A.P. Publié le 12/02/2020 à 14:00, mis à jour le 12/02/2020 à 11:09
Christiane Bonnay est aussi présidente de l’Association pour la promotion de l’accordéon. (DR)

Il y a un peu plus d’un an, le 21 janvier 2019, disparaissait à l’âge de 91 ans une légende de l’accordéon, Marcel Azzola, partenaire de Boris Vian, Édith Piaf, Juliette Greco, Barbara, Gilbert Bécaud et Mouloudji, auteur de musiques de films pour Lelouch, Tavernier ou Louis Malle.

Est-il besoin de rappeler l’apostrophe de Jacques Brel « Chauffe, Marcel ! Chauffe ! » - dans la chanson Vesoul - qui a fait énormément pour sa célébrité ?

 

Christiane Bonnay, professeur d’accordéon à l’Académie de musique de Monaco, présidente de l’Association pour la promotion de l’accordéon, se devait de marquer d’un hommage le premier anniversaire de la disparition de ce musicien hors norme, qu’on a souvent entendu en Principauté.

Elle réunira jeudi soir, au Théâtre des Variétés, un certain nombre d’artistes qui participeront à cet hommage : son frère Max Bonnay, professeur au conservatoire de Paris - dans cette classe d’importance nationale dont la création avait été appelée de ses vœux par Marcel Azzola - mais aussi l’accordéoniste Marcel Loeffler, musicien de tango, de chansons françaises et de répertoire manouche, mais encore la pianiste Lina Bossatti, qui fut la fidèle accompagnatrice de Marcel Azzola, ainsi que Philippe Portejoie au saxo, Gilles Coquard à la contrebasse et Patrick Mendez à la batterie.

Une soirée de musiques, d’accordéon et d’amitié…

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.